Moyen-Orient: Amos, Guterres et Simonovic s'expriment devant le Conseil de sécurité sur la situation en Syrie

Écouter /

Valerie Amos, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires (OCHA)

Le Conseil de sécurité s'est réuni mardi 16 juillet pour examiner la situation au Moyen-Orient qui est actuellement fortement marquée par les conséquences humanitaires de la crise en Syrie qui se répercutent dans les pays de cette région. Les quinze ont, à cette occasion entendu, par vidéoconférence à partir de Genève, Valerie Amos, la Secrétaire générale adjointe et Chef de l'OCHA, le Bureau de la coordination des Affaires humanitaires des Nations Unies ; et Antonio Guterres, le Haut Commissaire de l'ONU aux réfugiés. Ivan Simonovic, le Sous-Secretaire général de l'ONU aux droits de l'homme, s'est exprimé, lui, dans la salle du Conseil de sécurité à New York.

La première à prendre la parole devant le Conseil de sécurité, Valerie Amos, la Secrétaire générale adjointe de l'ONU et Chef de l'OCHA, le Bureau de la coordination des Affaires humanitaires des Nations Unies, a listé quelques points prioritaires pour faciliter les opérations humanitaires en Syrie. La Chef de l'OCHA a conclu son intervention par un appel pour le financement des opérations humanitaires dans cette région. Elle a demandé un montant supplémentaire de 3,1 milliards de dollars pour répondre aux besoins des populations en Syrie et dans les pays voisins pour le reste de cette année.

De son côté, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés a demandé aux pays de la région de maintenir un accès ouvert sur leur territoire aux Syriens fuyant la guerre dans leur pays. Antonio Guterres a déclaré que le HCR a enregistré des réfugiés syriens au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Irak et en Egypte. “Deux tiers d’entre eux ont fui la Syrie depuis le début de cette année, soit une moyenne de plus de 6.000 personnes par jour. Nous n’avons pas vu un exode de réfugiés dégénérer à un rythme effrayant depuis le génocide rwandais il y a près de 20 ans “, a-t-il révélé.

Enfin Ivan Simonovic, le Sous-Secretaire général de l'ONU aux droits de l'homme, a, au nom de Navi Pillay, a indiqué que tout en redoublant d'efforts pour ramener la paix en Syrie, nous devons chercher à faire respecter la justice. Les crimes de guerre, les crimes contre l'humanité et les violations flagrantes des droits de l'homme ne doivent pas rester impunis. A cette fin, la Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme demande à nouveau instamment au Conseil de sécurité de renvoyer la crise syrienne à l'examen de la Cour pénale internationale.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
18/09/2014
Loading the player ...