Mali : retours significatifs de déplacés et réfugiés dans le Nord

Écouter /

Des réfugiés maliens dans un camp de Tabareybarey, au Niger : les acteurs humanitaires constatent des mouvements significatifs de retours au nord du Mali. (photo : HCR/H.Caux).

A une semaine de l'élection présidentielle malienne, les organismes humanitaires constatent des mouvements très significatifs de retours de milliers de déplacés et de réfugiés dans le nord au cours des dernières semaines. Si les tendances de ces mouvements se confirment, la situation humanitaire déjà assez préoccupante dans le nord risque de s'aggraver, avertit le Bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires au Mali (OCHA).

Dans son dernier bulletin en date du 19 juillet, OCHA note que selon le HCR, 8.148 réfugiés sont par exemple retournés de façon spontanée dans les régions de Gao, Mopti et Tombouctou entre le 25 juin et le 12 juillet. « Des mouvements significatifs de retours ont été rapportés par les acteurs humanitaires au cours des dernières semaines. Cependant les chiffres consolidés ne sont pas encore disponibles », fait remarquer Katy Thiam, porte-parole d'OCHA au Mali.

Le bulletin humanitaire note que la situation dans les zones de retour est calme et en général les retournés ont exprimé leur intention de rester dans leurs communautés.  Mais l'accélération du retour des autorités et des agents des services étatiques dans le nord reste une nécessité pour renforcer l'accès aux services sociaux de base. L'OMS a ainsi appuyé le retour de 191 agents de santé dans le nord.

Par ailleurs, les résultats de l'enquête nutritionnelle menée dans la région de Gao au mois de mai 2013 ont révélé une situation nutritionnelle sérieuse pour l'ensemble de la région, mais ne montrent pas une aggravation de la situation, ni de la mortalité des enfants de moins de 5 ans en comparaison avec les données de l'enquête nutritionnelle de 2012. La prévalence de la malnutrition aigüe globale est de 13,5 pour cent pour l'ensemble de la région de Gao. Selon la classification de l'OMS, la situation nutritionnelle y est donc «sérieuse ».

Les résultats par district montrent que le district sanitaire de Bourem présente une situation critique avec 17% de malnutrition tandis que les autres districts se trouvent dans une situation sérieuse entre 10 et 15%. La région présente une prévalence de la malnutrition aiguë sévère très élevée avec 2,4%. L'extrapolation des prévalences de la malnutrition aigüe (globale, modérée et sévère) révèle que sur les six prochains mois, 22.730 enfants sont à risque dans la région de Gao.

(Extrait sonore : Katy Thiam, porte-parole du Bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires au Mali ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...