Journée mondiale population 2013 : la grossesse chez les adolescentes

Écouter /

La Journée mondiale de la population est célébrée chaque année le 11 juillet. Elle a pour objectif d'attirer l'attention sur l'urgence et l'importance des questions de population. Elle a été instituée par le Conseil d'administration du Programme des Nations Unies pour le développement en 1989.

En 2013, la Journée mondiale de la population est consacrée à la question de la grossesse chez les adolescentes. Environ 16 millions de filles de moins de 18 ans accouchent chaque année. 3,2 millions subissent des avortements à risque. La grande majorité – 90 pour cent – des adolescentes enceintes dans les pays en développement sont mariées. Mais pour un trop grand nombre, la grossesse n’a rien à voir avec un choix éclairé. Souvent, il s’agit d’une conséquence de la discrimination, des violations de leurs droits y compris le mariage d’enfants, d’une éducation insuffisante ou de contraintes sexuelles.

Le thème de la Journée 2013 offre l’espoir d’un monde où chaque grossesse puisse être désirée et chaque accouchement se dérouler sans danger.

Dans le message qu'il a adressé à cette occasion, le Secrétaire général des Nations Unies, écrit que “Si nous consacrons de l'attention et des ressources à l'éducation, à la santé et au bien-être des adolescentes, ces agents du changement seront encore mieux armés pour faire évoluer la société dans le bon sens pour les générations à venir. En cette Journée mondiale de la population, engageons-nous à aider les adolescentes à réaliser leur potentiel et à contribuer à notre avenir commun”.

Ardent défenseur de l'éducation, de la santé et des droits des filles et profondément convaincu du pouvoir qu'ont les jeunes femmes de transformer le monde dans lequel nous vivons, le Secrétaire général se félicite que la Journée mondiale de la population soit consacrée cette année à la grossesse des adolescentes. Ce sujet sensible exige l'attention de la communauté internationale.

Les adolescentes qui deviennent mères, dont on estime le nombre à 16 millions chaque année, sont beaucoup trop nombreuses à ne jamais avoir eu l'occasion de planifier leur grossesse, estime Ban Ki-moon. Les complications qui surviennent pendant la grossesse ou à l'accouchement risquent d'entraîner de graves handicaps, tels que la fistule obstétricale, et sont aussi la principale cause de décès de ces jeunes femmes vulnérables. Par ailleurs, il arrive très souvent que les avortements non médicalisés les fassent tomber malades, les blessent ou les tuent.

Pour remédier à ces problèmes, nous devons donner aux filles accès à l'enseignement primaire et leur permettre de recevoir une instruction de qualité tout au long de leur adolescence. Lorsqu'une jeune fille est instruite, il y a plus de chances qu'elle se marie plus tard, qu'elle attende d'être prête pour faire des enfants, que ses enfants soient en meilleure santé et qu'elle gagne mieux sa vie.

Pour le Secrétaire général, il faut aussi dispenser à toutes les adolescentes une éducation sexuelle complète, adaptée à leur âge. Cette éducation est particulièrement importante pour donner aux jeunes femmes les moyens de décider si et quand elles veulent devenir mères. De plus, il importe de fournir tout l'éventail des services de santé nécessaires en matière de procréation et de sexualité, de la planification familiale à la prévention et au traitement des maladies sexuellement transmissibles, dont le VIH. Enfin, nous devons garantir aux femmes l'accès aux services de santé maternelle dont elles ont besoin.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Classé sous Femmes et enfants, L'info, Santé.
Le dernier journal
Le dernier journal
28/08/2014
Loading the player ...