Israël / Palestine : les pourparlers seraient une « dernière opportunité de sauver la solution à deux États », selon Riyad Mansour

Écouter /

Riyad Mansour, Observateur Permanent de la Palestine aux Nations Unies.

Alors qu'Israël et la Palestine ont décidé de retourner à la table des négociations et se réunissent actuellement à Washington pour convenir d'un calendrier, le Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien s'est réuni, mardi matin, au Siège de l'ONU à New York pour évoquer, entre autres, la situation des territoires occupés.

La a donné l'occasion de rappeler la position palestinienne face à cette reprise des négociations, par le biais de l'Observateur permanent de l'État de Palestine auprès des Nations Unies, Riyad Mansour.

L'Observateur s'est dit reconnaissant des efforts du Secrétaire d'État américain, John Kerry, et s'est félicité de la décision historique d'Israël de relâcher les 104 prisonniers politiques palestiniens détenus depuis plus de 20 ans, une demande longtemps revendiquée par les Palestiniens.

Le diplomate a ensuite souligné que son pays avait agi de façon « responsable » afin que ces pourparlers puissent avoir lieu, notamment en s'abstenant d'adhérer à certains instruments internationaux qui relèvent de la souveraineté de l'État palestinien, tels que la Convention de Genève ou l'instrument de Vienne sur les relations consulaires, afin de ne pas provoquer une réaction négative du côté israélien.

Aussi Riyad Mansour s'est-il félicité de l'adoption récente des directives par l'Union européenne imposant l'application de tout instrument entre les deux entités au territoire à l'intérieur de la ligne verte, qui devrait permettre de mettre Israël devant ses obligations relatives au droit international et à la Convention de Genève en tant que force d'occupation. Selon lui, il s'agit là d'un message fort et d'une contribution de la part de l'Union européenne aux pourparlers.

Pour l'Observateur palestinien ces prochains pourparlers sont probablement la « dernière opportunité » de trouver une solution à deux États.

« Les Palestiniens ont fait un compromis historique en établissant leur Etat sur 22% du territoire qui leur correspond selon les frontières de '67 » a déclaré Riyad Mansour, avant d'ajouter qu'ils s'attendent à ce qu'Israël reconnaissent qu'ils occupent le territoire de l'Etat de Palestine.

Selon la position énoncée par Riyad Mansour, pour que la paix puisse prévaloir, les Israéliens doivent se retirer et les Palestiniens sont prêts et disposés à négocier avec eux, en tant que représentants de l'État de Palestine, sur toutes les questions en suspens : frontières, sécurité, eau, Jérusalem, la situation des réfugiés, les colonies et les prisonniers.

 

“S'ils viennent à la table en adoptant cette position, qui coïncide avec la position de la communauté internationale, alors il y a une chance que la paix puisse avoir lieu dans notre région”, a déclaré l'Observateur palestinien.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro ; extrait sonore : Riyad Mansour Observateur permanent de l'État de Palestine auprès des Nations Unies)

Classé sous Actualités du Siège, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...