Egypte: Navi Pillay demande une enquête impartiale sur les tueries du Caire

Écouter /

Des affrontements entre manifestants et policiers au centre-ville du Caire : parfois ces manifestations se traduisent par un bilan macabre. (Photo: A. Emam/IRIN)

L’Egypte sombre de plus en plus dans la violence. La tournure brutale prise par la crise politique et les incidents malheureux de la matinée du lundi 8 juillet inquiètent vivement le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme. Les services de Navi Pillay se préoccupent de cette escalade de la violence qui a déjà causé la mort de plus de 80 personnes depuis le 3 Juillet. Dans ces conditions, le Haut Commissariat demande une « enquête indépendante sur ces derniers événements et que les responsables soient traduits en justice ».

En effet, le vendredi 5 juillet, ce sont près de 30 morts et plus de 1.000 blessés qui ont été enregistrés dans divers affrontements à travers le pays. Hier lundi 8 juillet, au moins 51 partisans de l’ancien président Morsi auraient été tués sous le feu des forces de sécurité qui cherchaient à disperser un rassemblement devant le quartier général de la Garde républicaine.

Les services de Navi Pillay rappellent aux autorités égyptiennes que tout incident entraînant des morts et des blessés nécessite une enquête rapide, approfondie et transparente, et que les auteurs de tels actes soient traduits devant les tribunaux. À cet égard, le Haut Commissariat s'est félicité de l’annonce faite par le chef d’Etat par intérim qui a ordonné une enquête sur ces incidents du lundi. « Un tel processus devrait être mené par un organisme indépendant et impartial ; et ses conclusions devraient être rendues publiques », rappelle-t-on du côté du Palais Wilson.

Hier, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné la tuerie en Egypte et demandé qu’une « enquête approfondie soit menée par des instances nationales indépendantes et compétentes et que ceux qui en sont responsables soient traduits en justice ».

Vendredi 5 juillet dernier, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, avait déjà exhorté toutes les parties en Égypte à faire un effort concerté pour rétablir le calme en veillant à ce que les droits de l'homme de tous les citoyens soient respectés et protégés pendant cette période délicate, puis consacrés dans des lois et institutions solides.

La Chef des droits de l'homme de l'ONU avait fait part de son appui à tous les Égyptiens qui s'attachent à établir un État propre à protéger leurs droits de l'homme et leurs libertés et à garantir le respect de l'état de droit. Navi Pillay avait également indiqué qu'elle était préoccupée par des informations faisant état d'incarcérations généralisées des principaux membres des Frères musulmans.  Elle avait appelé à ce qu'il n'y ait plus de violence, ni de détentions arbitraires ou d'actes de représailles illégaux.

(Interview : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
17/04/2014
Loading the player ...