Crise alimentaire dans le nord du Mali : l’UNICEF tire la sonnette d’alarme

Écouter /

L'UNICEF a fait part mercredi 24 avril de sa vive préoccupation concernant la crise nutritionnelle à Gao, dans le nord du Mali, qui touche particulièrement les plus vulnérables et les enfants de moins de cinq ans.

Une enquête sur la nutrition et la mortalité menée par le Ministère de la santé et ses partenaires, dont l’UNICEF au Mali, montre que le taux de malnutrition aiguë globale y est de 13,5%, ce qui en fait une situation nutritionnelle «grave», selon la classification des Nations Unies.

La situation est encore plus préoccupante dans le district sanitaire de Bourem, où ce taux de malnutrition aiguë globale est de 17%, dépassant le seuil d’alarme de 15% fixé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Au cours des six prochains mois, 22 730 enfants seront à risque de malnutrition aiguë, a averti l’UNICEF dans un communiqué de presse.

Gao a été l’une des zones les plus touchées par les combats qui ont éclaté l’an dernier dans le nord du Mali entre les forces gouvernementales et les rebelles touaregs, ouvrant la voie à la prise de contrôle de la région par des islamistes radicaux. La crise a poussé des centaines de milliers de civils à fuir et engendré une grave crise humanitaire.

L’UNICEF indique que les taux de malnutrition élevés s’expliquent partiellement par le fait que l’enquête a été menée en mai 2013, au début de la saison de soudure lorsque les réserves alimentaires s’épuisent.

L’UNICEF indique que 80 millions de dollars sont nécessaires pour répondre aux besoins nutritionnels à travers le pays. À ce jour, seul un quart de ce financement a été obtenu. A la date du 22 juillet, l’appel consolidé pour le Mali a permis de récolter 142 millions de dollars, soit 30% des 476 millions de dollars demandés.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...