Convention sur les droits des handicapés : la réalité encore loin des objectifs fixés

Écouter /

L’ouverture, mercredi, au Siège des Nations Unies à New York, de la Conférence des États parties à la Convention relative aux droits des personnes handicapées a été l’occasion pour un grand nombre de participants d’insister pour que les droits des personnes handicapées, qui sont à la fois « source de développement et objectif du développement », figurent en bonne et due forme dans le programme de développement pour l’après-2015.

L’ordre du jour de la Conférence des États parties est consacrée cette année au renforcement du pouvoir d’action économique des handicapés à travers la mise en place de systèmes de protection sociale ouverts à tous et de stratégies de réduction de la pauvreté; à la création de processus nationaux, régionaux, et internationaux prévoyant un développement tenant compte des personnes handicapées; et à l’adaptation et la réadaptation des handicapés sur une base communautaire en vue de parvenir à une société inclusive qui ne laisse personne de côté.

Dans son discours d’ouverture, Macharia Kamau, du Kenya, qui a été porté à la Présidence de la Conférence en début de séance, s’est notamment indigné du fait que « pour le milliard de personnes handicapées que compte le monde, la réalité quotidienne est encore fort loin des objectifs fixés par la Convention ».

Conscient du fait que 80% des personnes handicapées vivent de surcroît dans des pays en développement, le Président de la Conférence a notamment déclaré que le développement durable ne sera jamais possible sans l’inclusion d’une « perspective handicap » dans les programmes et sans la participation de toutes les personnes handicapées à la conception et à la mise en œuvre des projets de développement.

« Les personnes handicapées font face à plus de discrimination, d’exclusion et de pauvreté que le reste de la population, et cette situation est encore plus exacerbée dans les pays en développement du fait du manque de ressources et de l’absence de politiques sensibles », a déploré à son tour M. Yannis Vardakastanis, représentant de la société civile. Le moment est venu, a-t-il insisté, d’intégrer les droits des personnes handicapées dans le programme de développement pour l’après-2015.

Au cours de cette première journée des travaux de la Conférence, qui s’achèveront le 19 juillet, de nombreux États Membres ont mis en avant les avancées qu’ils ont réalisées, mais également les défis auxquels ils continuent de faire face pour mettre en œuvre les dispositifs de la Convention.

Premier nouveau traité des droits de l’homme du 21ème siècle, la Convention relative aux droits des personnes handicapées, qui a vu le jour en 2006, met l’accent sur l’égalité des chances, la non-discrimination, et l’égalité entre les sexes. Elle a été ratifiée à ce jour par 132 États Membres et signée par 23 autres pays.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
17/04/2014
Loading the player ...