Afghanistan : hausse du nombre de civils tués et blessés au premier semestre 2013, selon la MANUA

Écouter /

Afghanistan (Photo : OCHA)

Le nombre de civils afghans tués ou blessés au cours du premier semestre 2013 a augmenté de 23% par rapport à la même période l’année dernière, principalement en raison de l’utilisation accrue de dispositifs explosifs improvisés (IED) par les insurgés, indique un rapport des Nations Unies publié mercredi.

Le rapport à la mi-année sur la protection des civils de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) fait ainsi état de 1.319 morts parmi les civils et de 2.533 blessés – soit un total de 3.852 victimes civiles – pour les six premiers mois de 2013.

Ces chiffres représentent une hausse de 14% des décès et de 28% des personnes blessées par rapport à la même période en 2012, indique la Mission dans un communiqué de presse. Cette augmentation marque une inversion de la baisse enregistrée en 2012 et signale un retour au nombre élevé de civils décédés et blessés constaté en 2011.

« L’impact violent du conflit sur les civils afghans, comme en témoigne la hausse des victimes civiles en 2013, exige un plus grand engagement et des efforts supplémentaires des parties au conflit pour protéger les civils qui sont de plus en plus pris dans des échanges de tirs », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la MANUA, Ján Kubiš.

«L’augmentation de l’utilisation aveugle des IED et le ciblage délibéré des civils par les éléments antigouvernementaux est particulièrement alarmante et doit cesser», a-t-il ajouté.

La deuxième cause de civils blessés ou tués résulte d’engagements au sol entre les forces de sécurité afghanes et les éléments anti-gouvernementaux, ce qui représente une menace croissante pour les enfants, les femmes et les hommes afghans, explique la MANUA.

«La hausse de 38% au premier semestre de 2013 du nombre de femmes et d’enfants afghans tués et blessés en 2013 est particulièrement inquiétante et reflète la triste réalité du conflit aujourd’hui en Afghanistan», a, pour sa part, déclaré Georgette Gagnon, la Directrice du service des droits de l’homme à la MANUA. Entre le 1er janvier et le 30 juin 2013, la MANUA a ainsi recensé les décès de 337 femmes et enfants, alors que 770 autres ont été blessés.

Sur la période, le rapport relève également que les éléments anti-gouvernementaux sont responsables de 74% des victimes civiles, les forces pro-gouvernementales de 9%. 12% des victimes ne peuvent être imputées aux uns ou aux autres, parce qu’elles résultent d’engagements au sol entre les deux parties. Les 5% restants, non imputables, sont principalement le fait de matériel explosif.

« La hausse des victimes civiles enregistrée au cours de la première moitié de l’année 2013 – une réalité effrayante pour les Afghans – rappelle la nécessité que les parties engagées dans des opérations militaires se conforment pleinement à leurs obligations légales de protéger les civils et d’empêcher les victimes civiles », a conclu Georgette Gagnon.

(Extrait sonore : Georgette Gagnon, Directrice du service des droits de l'homme à la MANUA)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...