Syrie: l’ONU lance un appel historique de 5 milliards de dollars pour 2013

Écouter /

Photo: HCR-A. Blazy

L’ONU a lancé, ce vendredi 7 juin à Genève, un appel de fonds pour 5,2 milliards de dollars, un record historique, pour aider jusqu’en décembre près de sept millions de Syriens affectés par le conflit. Dans le pire des scénarios, ce sont plus de 10 millions de personnes qui risquent d'être affectées par l'escalade de la violence, soit près de la moitié de la population du pays. Si l'ONU a demandé 4,4 milliards pour la Syrie, 800 autres millions de cet appel seront destinés à la Jordanie et au Liban.

Il s’agit de l’appel de fonds le plus important jamais lancé par l’ONU (sans prendre en compte la phase Reconstruction), loin devant l’Iraq, le Soudan, l’Afghanistan et le Pakistan et même le terrible tremblement de terre en Haïti de 2010 et le tsunami qui a frappé l’Océan indien en 2004.

Sur les 5,2 milliards de dollars demandés pour l’ensemble de l’année, environ 3,81 milliards serviront à aider quelque 3,45 millions de réfugiés, et 1,4 milliard de dollars permettront aux Nations unies de venir en aide à 6,8 millions de Syriens restés dans leur pays (dont 4,25 millions de déplacés).

Les fonds totaux demandés par l’ONU correspondent aux besoins de près de 85 organisations humanitaires. L’ONU, qui en décembre avait demandé 1,5 milliard de dollars pour le premier semestre 2013 pour la Syrie, ne dispose pour l’instant que de 1 milliard dans ses tiroirs pour ce pays.

Cette aide sert à loger, nourrir, fournir une assistance médicale, une assistance scolaire, garantir de l’eau potable pour les réfugiés et les personnes aidées en Syrie même.

Actuellement, quelque 4 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire en Syrie, et le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) estime que quelque 1,6 million de Syriens ont fui dans les cinq pays dans la région. Le HCR s’attend désormais à ce que le nombre de réfugiés s’élève à 3,45 millions (dont un million au Liban, un million en Jordanie, un million en Turquie, 350.000 en Irak et 100.000 en Egypte) fin 2013.

« Notre soutien est un devoir moral, une question de survie pour des centaines de milliers de réfugiés Syriens et une question d’existence pour les pays voisins. Dans ce contexte extrêmement volatile l’action humanitaire est absolument cruciale non seulement pour aider les victimes mais aussi un facteur pour maintenir la stabilité régionale dans un contexte de risque d’extension du conflit dans d’autres pays », a affirmé Antonio Guterres, le Haut Commissaire des Nations Unies aux réfugiés.

Même son de cloche du côté du Programme alimentaire mondial qui note « qu'il y a des personnes qui ne mangeraient pas en Syrie sans l’aide du PAM ». L'agence basée à Rome espère nourrir 3 millions de personnes en juillet et 4 millions d’ici fin 2013.

(Interview : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
23/07/2014
Loading the player ...