Syrie: l'été et la canicule mettent en danger 4 millions d'enfants

Écouter /

Une jeune déplacée syrienne à Jebel al Zawiya (Photo: UNICEF/Greco).

Les températures cet été en Syrie devraient se situer entre les 40 et 50°C pendant l'été. Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), ces températures estivales élevées en Syrie, accompagnées de conditions d’hygiène passablement dégradées, risquent de mettre à mal la santé de quelque 4 millions d’enfants affectés par le conflit.

« Sans eau potable et sans un assainissement suffisant, la probabilité que les enfants en Syrie et ceux qui vivent comme réfugiés dans la région attrapent la diarrhée et d’autres maladies va certainement augmenter », a déclaré la Directrice régionale de l’Unicef pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Maria Calivis, citée un communiqué.

 

Pendant l'été, le thermomètre peut facilement afficher 40 ou 50° en Syrie et dans les pays voisins de Damas. L'UNICEF redoute donc que ces températures estivales élevées accompagnées de conditions d’hygiène passablement dégradées mettent à mal la santé de 4 millions d'enfants syriens. Et les humanitaires craignent surtout l'augmentation de certaines maladies et des risques de diarrhée. A cet égard, l'UNICEF rappelle  que la Jordanie a enregistré son premier cas de rougeole depuis 1994.

Par ailleurs, l’eau potable s’est largement raréfiée depuis le début du conflit. Selon l'Unicef, l’eau potable désormais disponible ne représente en effet plus qu’un tiers du volume disponible avant le conflit. Derrière ces problèmes de températures et d'eau, les Syriens doivent faire face à de difficiles conditions, avec plus de 4,25 millions de Syriens déplacés qui vivent dans des abris surpeuplés.

Selon une porte-parole de l'UNICEF, Marixie Mercado, les familles de réfugiés s’entassent au Liban dans de petits appartements ou dans des abris qu’elles ont elles-mêmes construits et manquent cruellement d’eau et d’accès à des conditions d’hygiène adéquates. Dans les camps de réfugiés aussi, la situation est très difficile. Ainsi le camp de Domiz en Iraq, censé accueillir environ 25.000 personnes, en compte déjà le double.

L'Unicef a besoin de plus de 200 millions de dollars pour mener à bien d’ici la fin de l’année ses programmes sanitaires, d’hygiène et d’eau en Syrie, Liban, Jordanie et Iraq.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo; avec un extrait sonore de Marixie Mercado, porte-parole de l'UNICEF)

Le dernier journal
Le dernier journal
24/04/2014
Loading the player ...