Syrie : incertitudes sur la tenue de la Conférence de Genève 2 en juillet

Écouter /

Lakhdar Brahimi

La nouvelle session de pourparlers tripartites sur la Syrie entre la Fédération de Russie, les États-Unis et les Nations Unies a démarré ce mardi 25 juin à Genève.  Outre le Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, sont présents à Genève, les vice-ministres russes des Affaires étrangères, Mikhail Bogdanov et Guennadi Gatilov ainsi que Wendy Sherman, sous-secrétaire d’Etat aux affaires politique les Etats-Unis.

Mais cette deuxième réunion préparatoire s'est ouverte avec des doutes sur la tenue de la conférence internationale sur la Syrie, dite Genève 2, en juillet. « Franchement je doute que la conférence ait lieu en juillet » a dit Brahimi aux journalistes avant le début de cette réunion préparatoire au Palais des Nations.

 

A l'ouverture de cette réunion tripartite ONU, Etats-Unis et Russie, Lakdhar Brahimi a admis que des obstacles persistent sur le long chemin de la paix en Syrie. L’émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue Arabe pour la Syrie doute d'ailleurs de la tenue en juillet de la conférence internationale sur la Syrie. Il s’est montré prudent quant aux résultats de la réunion d'aujourd'hui, tout en restant optimiste.

Extrait sonore (15sec) :

« Les Américains et les Russes ont dit le 7 mai dernier qu'ils ont compris maintenant qu'il n'y avait pas de solution militaire et qu'ils voulaient travailler ensemble à faciliter une solution politique. Moi je trouve que c'est une solution très positive sur laquelle on peut construire ».

Au cours de ce processus de négociations, les vice-ministres russes des Affaires étrangères, Mikhail Bogdanov et Guennadi Gatilov ainsi que la sous-secrétaire d’Etat américaine aux affaires politique, Wendy Sherman, doivent d'abord s'entendre sur la date de conférence, la composition des délégations, liste des invités, et surtout la présence des belligérants.

Extrait sonore (8sec) :

« Personne ne s'attend à ce que les réunions soient faciles entre Gouvernement et opposition syrienne. Si opposition et gouvernement syriens acceptent de se parler, ça serait déjà un pas en avant ».

En attendant, selon Lakdhar Brahimi, le quotidien des Syriens se conjugue toujours par plus de morts, de destruction ou d’injustice mais aussi une incertitude pour l’avenir du peuple syrien. Et le but de cette conférence de Genève 2 est d'arriver à ouvrir des négociations directes entre Damas et opposition en Syrie.

Selon l’ONU, le conflit syrien a fait au moins 93.000 morts

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec des extraits sonores de Lakhdar Brahimi, Représentant spécial conjoint ONU-Ligue arabe pour la Syrie)

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
Le dernier journal
Le dernier journal
25/07/2014
Loading the player ...