Soudan du Sud : le HCR s'inquiète du sort des déplacés de Jonglei

Écouter /

Le Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a exprimé mardi 11 juin sa profonde préoccupation sur le sort de quelque 150.000 civils déplacés à Pibor dans l'État de Jonglei, au Soudan du Sud, suite aux hostilités qui sont en recrudescence depuis le mois de mars.

Selon le HCR, les conditions sécuritaires dans l'État de Jonglei rendent difficile l'évaluation de la situation humanitaire et la réponse à apporter.

Pour le moment l'agence onusienne cherche surtout à localiser les personnes affectées par les conflits. Quand elle y arrive elle mène des missions d'évaluation de leurs besoins et en informe les pays frontaliers.

Pour le HCR il s'agit d'une situation qui n'est pas nouvelle mais d'une aggravation des tensions intercommunautaires.

Le HCR constate une nouvelle tendance. Il s’agit de l'afflux croissant de déplacements vers les pays voisins tels le Kenya, l'Ouganda et l'Ethiopie.

Au cours des cinq premiers mois de cette année le HCR a enregistré plus de 5300 réfugiés de Jonglei au Kenya, soit presque l'équivalent de la totalité des réfugiés arrivés en 2012 et plus du double de ceux arrivés en 2011. En Ouganda, le HCR compte quelques 2.700 réfugiés, depuis le début de l'année, une moyenne de plus de 500 par mois. Alors qu'en Éthiopie les réfugiés soudanais de Jonglei se chiffraient à plus de 2100, du 7 mai au 7 juin.

Les déplacements se font le plus souvent à pied, dans des conditions éprouvantes. Pour la plupart des réfugiés il ne s'agit malheureusement pas du premier déplacement.

Les réfugiés rapportent par ailleurs que de nombreuses personnes ont fuit dans la brousse.

Le HCR demande l'Etat de Jonglei et le gouvernement national a apporté une meilleure protection aux personnes déplacées.

(Extrait sonore : Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR ; mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

Le dernier journal
Le dernier journal
29/07/2014
Loading the player ...