RDC: la MONUSCO identifie 6 des 53 enfants menacés d'enrôlement au sein du M23 au Nord-Kivu

Écouter /

Colonel Basse, porte parole militaire de la Monusco. Photo: Radio Okapi/Ph. John Bompengo

La MONUSCO a identifié six des cinquante-trois enfants menacés d'enrôlement au sein du Mouvement du 23 mars, a affirmé,  jeudi 13 juin, le porte-parole militaire de la mission onusienne, le lieutenant-colonel Prosper Félix Basse. Il réagissait à un document du groupe rebelle, rendu public mardi, qui niait tout tentative de recruter de nouveau ces enfants.

Le M23 avait déclaré que la Mission des Nations unies en RDC est seule à connaître l'identité et la localisation de ces enfants.

Ces enfants sont dans la forêt et le M23 menace de les enrôler de nouveau, a insisté la MONUSCO.

« Il y a quelques jours, la MONUSCO s'est justement indignée suite à la disparation de ces 53 enfants qui avaient été initialement recrutés de force par le M23 et qui ont réussi à s'échapper. Vous savez très bien que cette pratique est condamnée, elle fait l'objet de violation des droits de l'homme et la communauté internationale l'a condamné à plusieurs fois », a déclaré le lieutenant-colonel Prosper Félix Basse.

Dans son communiqué du 11juin, le M23 avait aussi indiqué que son armée, sa police et son administration ne sont exclusivement réservées qu'aux adultes volontaires, précisant qu'en date du 15 mars dernier, il avait remis 13 enfants à la MONUSCO.

«Vous devinez ma surprise face à une telle déclaration ! », s'est exclamé le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse, qualifiant cette déclaration de sans fondement.

Il a souligné que la MONUSCO ne traite pas avec les rebelles :

« La MONUSCO ne traite pas avec le M23, la MONUSCO ne collabore pas avec le M23, la MONUSCO ne s'adresse pas au M23».

Le lieutenant-colonel Prosper Félix Basse a précisé que la préoccupation principale de la MONUSCO reste «la sécurité de ces enfants, mais de manière plus globale la sécurité des populations civiles du Nord-Kivu».

« Donc, il faut que ceci soit clair, car nous n'avons aucune relation avec le M23, qui par ses pratiques, continue toujours à semer la violence dans les territoires qui sont sous leur contrôle », a-t-il ajouté.

(Extrait sonore:  lieutenant-colonel Prosper Félix Basse ,porte-parole militaire de la MONUSCO; propos recueillis par Radio Okapi)

Le dernier journal
Le dernier journal
30/09/2014
Loading the player ...