Le HCR accélère la réinstallation des réfugiés du Darfour au sud du Tchad

Écouter /

Jeune réfugiée soudanaise attendant de la nourriture

Dans le sud du Tchad, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) accélère la réinstallation des réfugiés de Tissi, localité située à quelques kilomètres de la frontière entre le Soudan et la République centrafricaine, vers un site situé à environ 30 km au nord-ouest de Ab-Gadam. Ce mouvement est dû à l'imminence de la saison des pluies et des problèmes de sécurité à Tissi qui se trouve dans une zone volatile.

Au cours des deux dernières semaines, 5,522 réfugiés ont été déplacés en plus des 1800 autres qui avaient été transférés le mois dernier au camp de Goz Amir, situé à 240 kilomètres plus au Nord.

Depuis le 17 mai, HCR et ses partenaires ont été déplacé les réfugiés à un rythme d’environ 500 par jour à l’aide de camions et convois d’autobus. L'Agence espère terminer les délocalisations à Tissi d’ici la fin de la semaine. Les délocalisations de personnes disséminées à proximité autour Dukum Um se poursuivront. Au total, le HCR s'attend au nombre de 20.000 réfugiés dans Ab Gadam à la mi-juin.

Depuis janvier 2013, près de 30.000 habitants du Darfour ont traversé la frontière vers la région de Tissi du Tchad. La première vague de réfugiés ont fui le conflit entre le Binheissin et les tribus de Rizeigat, tandis qu’un autre groupe a traversé plus tard en raison de violences intercommunautaires entre les Salamat et les tribus Misseriya.

Environ 90% des réfugiés actuellement dans la zone frontalière sont de la tribu Salamat. La plupart sont des femmes et des enfants qui sont exposés aux maladies surtout d’origine hydrique. Le HCR a besoin de fonds supplémentaires pour répondre à leurs besoins urgents.

Ces réfugiés reçoivent des rations alimentaires et des articles non alimentaires, notamment des jerrycans, du matériel d’assainissement, des ustensiles de cuisine, des nattes, des couvertures et des moustiquaires. Les réfugiés reçoivent aussi des matériaux locaux et des bâches en plastique pour construire leurs propres abris temporaires. Le HCR et ses partenaires construisent des abris pour les plus vulnérables. Deux hangars temporaires ont été mis en place pour l’enregistrement, la distribution de l’aide, des réunions de réfugiés ainsi que le dépistage médical et nutritionnel. Les plans pour une structure permanente sont en cours.

(Interview : Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR, interviewée par Alpha Diallo)

Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
23/04/2014
Loading the player ...