HCR : chiffre record des déplacements forcés dans le monde depuis près de 20 ans

Écouter /

Des réfugiés afghans dans le Baloutchistan au Pakistan (Photo d’archives: HCR/D.A.Khan).

Plus de 45,2 millions de personnes vivaient en dehors de leurs foyers en 2012, la majorité déracinées par des conflits, soit le chiffre le plus élevé jamais enregistré depuis près de 20 ans. Selon un rapport du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) publié  ce mercredi à Genève, il s'agit du nombre le plus élevées de personnes déplacées depuis 1994, marquée par le génocide rwandais et les conséquences de l’implosion de l’ex-Yougoslavie.

« Il s'agit là de chiffres véritablement alarmants. Ils attestent de souffrances individuelles intenses et témoignent des difficultés que rencontre la communauté internationale pour prévenir les conflits et promouvoir sans retard des solutions à l'intention de ces personnes », a déclaré António Guterres, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés et chef du HCR.

Les mineurs de moins de 18 ans représentent 46% des réfugiés. De plus, des enfants non accompagnés ou séparés de leurs parents ont déposé 21 300 demandes d'asile en 2012. C'est le chiffre le plus élevé que le HCR ait jamais enregistré pour ce groupe de population.

La guerre demeure la principale cause des déplacements de population. Pas moins de 55% des réfugiés recensés dans le rapport du HCR sont originaires de cinq pays touchés par un conflit, en l'occurrence l'Afghanistan, la Somalie, l'Iraq, la Syrie et le Soudan. Le rapport retrace aussi de nouveaux afflux massifs depuis le Mali, en République démocratique du Congo et depuis le Soudan vers le Soudan du Sud et l'Éthiopie.

Sur les 45,2 millions de personnes déracinées, 15,4 millions étaient des réfugiés (dont 4,9 millions de Palestiniens), 28,8 millions des déplacés internes et 937.000 des demandeurs d’asile.

« Mais le plus dramatique, ce sont les chiffres des nouveaux déplacés », a affirmé M. Guterres. En 2012, près de 7,6 millions d'individus sont devenus nouvellement déracinés, dont 1,1 million comme réfugiés et 6,5 millions comme déplacés internes. Cela signifie qu'il y a un nouveau réfugié ou déplacé interne toutes les 4,1 secondes.

L’année 2012 n’a pas vu de changement majeur par rapport à 2011 dans le classement des pays accueillant le plus grand nombre de réfugiés. Le Pakistan reste le pays qui a abrite le plus de réfugiés que tout autre (1,6 million), suivi de l’Iran et de l’Allemagne.  Dans l'ensemble, les pays en développement abritent 81% des réfugiés dans le monde, contre 70% il y a dix ans.

L’Afghanistan reste le pays qui génère le plus grand nombre de réfugiés, une position qu’il détient depuis 32 ans. En moyenne, un réfugié sur quatre dans le monde est Afghan et 95% de ces réfugiés vivent au Pakistan ou en République islamique d'Iran. La Somalie, où sévit un autre conflit prolongé, a été le deuxième pays d'origine des réfugiés en 2012, avec néanmoins un ralentissement du flux de réfugiés. Les Iraquiens forment le troisième groupe le plus important de réfugiés (746 700 personnes), suivis des Syriens (471 400).

(Interview : Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
28/07/2014
Loading the player ...