Europe/migration : l’expert onusien se prononce en faveur d'une politique ancrée dans les droits de l’homme

Écouter /

Centre de détention de migrants en Grèce

Le Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants, François Crépeau, a rendu compte cette semaine à Genève et à Bruxelles de l'étude d'un an qu'il a menée sur l'impact des politiques migratoires de l’Union européenne sur les droits des migrants à ses frontières extérieures.

L’enquête de François Crépeau a été appuyée par des visites de terrain en Grèce et en Italie, deux pays limitrophes de l’Union européenne, ainsi qu’en Turquie et en Tunisie, deux pays de transit pour les migrants qui souhaitent entrer dans l'espace de l'Union européenne.

Le Rapporteur signale que malgré le fait que la législation européenne contienne de nombreuses directives pour la protection des droits de l'homme des migrants, il existe un écart fondamental entre les textes et leur application.

Aussi, d'après les constats effectués par le Rapporteur spécial lors de visites dans plusieurs sites de détention en Grèce et en Italie, la détention administrative des migrants, contrairement à la détention pénale, n'est soumise à aucun cadre normatif sur les conditions de la détention et les migrants sont sujets à des politiques de détention ad hoc contradictoires.

Le Rapporteur prône une politique de migrations ancrée dans les droits de l'homme plutôt que dans la criminalisation des migrants, d’autant plus qu’il est démontré que la plupart des migrants irréguliers n’ont pas commis de crimes mais ont enfreint certaines règles administratives.

(Interview : François Crépeau, Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

Le dernier journal
Le dernier journal
21/10/2014
Loading the player ...