Côte d'Ivoire: le Conseil des droits de l'homme prolonge d'un an le mandat de Doudou Diène

Écouter /

Un camp de déplacés incendié dans l'ouest de la Côte d'Ivoire. Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU veut que les auteurs des attaques de Nahibly soient traduits en justice (Photo: IRIN/O.Bakano).

Par une résolution adoptée sans vote ce vendredi à Genève, le Conseil a décidé de prolonger d'un an le mandat de l'Expert indépendant sur la situation des droits de l'homme en Côte d'Ivoire.  Le Conseil condamne ainsi la résurgence des attaques perpétrées par des éléments armés non identifiés en Côte d'Ivoire et qui sont de nature à annihiler les efforts communs du peuple ivoirien ainsi que de la communauté internationale pour résorber définitivement les effets de la crise post-électorale dans ce pays.

Présentant ce texte au nom du Groupe africain, le Représentant permanent du Gabon auprès de l’ONU à Genève, a indiqué que la fragilité de la situation pourrait remettre en cause le processus de réconciliation en cours. « Bien que l'Expert indépendant sur la Côte d'Ivoire ait relevé une amélioration de la situation des droits de l’homme sur le terrain, le Groupe africain reste très préoccupé par la fragilité de la situation sécuritaire », a averti l'Ambassadeur Baudelaire Ndong Ella.  A cet égard, le texte déplore l'attaque du camp de déplacés de Nahibly et invite instamment le Gouvernement ivoirien à accélérer les enquêtes en cours pour l'identification des auteurs de ces actes et leur traduction devant les juridictions compétentes.

Le Conseil note avec préoccupation la précarité continue de la situation humanitaire sur le terrain.  Il note également avec préoccupation les allégations continues et récurrentes de violences faites aux femmes et aux enfants et demande au Gouvernement de la Côte d'Ivoire de tout mettre en œuvre pour mener des investigations sur ces allégations.  Le Conseil demande au Haut-Commissariat aux droits de l'homme de continuer à fournir l'assistance technique sollicitée par le Gouvernement ivoirien.

C'est pourquoi le projet de résolution demande à l'Expert indépendant de lui présenter un rapport au cours de sa vingt-cinquième session et de lui présenter ses recommandations à sa vingt-sixième session.

Par ailleurs, le Conseil exhorte le Gouvernement ivoirien et tous les acteurs concernés à appuyer la mise en œuvre effective du mandat de la Commission Dialogue, vérité et réconciliation en Côte d'Ivoire et invite ladite Commission à tout mettre en œuvre pour répondre aux attentes de réparation et de non-récidive que le peuple ivoirien et la communauté internationale placent en elle.  Il demande par ailleurs à la communauté internationale de poursuivre son soutien au processus de reconstruction et de réconciliation en cours en Côte d'Ivoire.

(Extrait sonore : l’Ambassadeur Baudelaire Ndong Ella, Représentant permanent du Gabon auprès de l’ONU à Genève)

Le dernier journal
Le dernier journal
25/07/2014
Loading the player ...