Conseil des droits de l'homme : une magistrate centrafricaine plaide pour l'envoi d'un Rapporteur spécial en RCA

Écouter /

État fragile, la RCA a fait l'expérience de la démocratie mais son histoire se résume en un cycle de gouvernance en dent de scie caractérisée par une décennie de crise politico-militaire.

Récemment, la perspective de normalisation de la vie politique et la consolidation de la paix s'est heurtée à une coalition du groupe rebelle Séléka qui a renversé le Pouvoir en place le 24 Mars 2013.

Selon Brigitte Balipou, une magistrate centrafricaine qui s'exprimait devant le Conseil des droits de l'homme à Genève, Aujourd'hui, l'effondrement de l'État et la disparition des forces de défense et de sécurité ont laissé un vide sécuritaire ayant engendré une totale anarchie.

Évoquant la nécessité de l'application stricte de la résolution 1325 des Nations Unies sur les femmes et s'exprimant également au nom des organisations féminines de la société civile centrafricaine, Brigitte Balipou a réaffirmé avec force et détermination que les femmes de la Centrafrique veulent le rétablissement d'un régime démocratique et qu'elles en ont assez de la guerre et de la violence.

Enfin, elle a plaidé devant le Conseil des droits de l'homme en faveur de l'envoi d'un Rapporteur spécial en RCA.

Mise en perspective sonore de Maha Fayek

 

 

 

 

Le dernier journal
Le dernier journal
30/07/2014
Loading the player ...