ATD Quart Monde : les Objectifs du millénaire pour le développement évalués par les personnes vivant dans l'extrême pauvreté

Écouter /

Le Mouvement international ATD Quart Monde a lancé il y a trois ans une évaluation participative pour garantir que les personnes les plus concernées puissent contribuer à l'élaboration des objectifs de développement pour l'après 2015. Au cours de deux journées, elle a animé un séminaire de conclusion au Siège des Nations Unies, à New York, pour présenter et débattre sur ses conclusions contenues dans le document “Vers un développement durable qui n'oublie personne : le défi de l'après 2015″.

En fait, dès 2011, l'ONG a pris note du constat dressé par le  Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki moon, selon lequel les Objectifs du mllénaire pour le développement (OMD) n'ont  pas profité aux personnes les plus vulnérables. Dans le cadre du processus d'évaluation du programme des OMD, les Nations Unies ont invité des organisations de la société civile à partager des bonnes pratiques qui permettraient que les programmes de développement bénéficient enfin aux personnes les plus affectées par la pauvreté.

Cette demande a amené ATD Quart Monde à lancer, son propre programme de recherche participative afin d'évaluer les OMD. Ce programme vise à garantir que les personnes vivant dans l'extrême pauvreté puissent contribuer, par leur connaissance et leur expérience, à l'évaluation et la définition des politiques et programmes de développement.

Or selon l'ONG, pour comprendre les défaillances des OMD, il est essentiel d'écouter ceux qui en ont le moins profité. Ce sont eux qui voient le mieux les problèmes quotidiens créés par des programmes de développement inadaptés ou inexistants. Ce sont eux également qui peuvent dire l'ampleur des changements nécessaires pour que ces programmes bénéficient à tous, et ne se contentent pas d'améliorer la situation des uns en appauvrissant les autres. C'est pourquoi le Programme d'évaluation des OMD a recouru à la méthodologie du Croisement des savoirs, qui permet une participation réelle de tous, en créant un espace d'égalité et de liberté, où les personnes vivant dans la grande pauvreté peuvent non seulement dialoguer avec d'autres experts du développement, mais aussi jouer un rôle central dans l'analyse des fruits de ces discussions.

Quatorze pays, où ATD Quart Monde a des équipes de volontaires permanents, ont participé au projet et représentent une grande diversité géographique, économique et culturelle. Des délégations d'une dizaine d'autres pays ont été associées. Au total, près de 2 000 personnes ont été sollicitées.

(Interview : Diana Skelton, Directrice générale adjointe d'ATD Quart Monde ; propos recueillis par Jérôme Longué)

Classé sous Dossiers.
Le dernier journal
Le dernier journal
01/09/2014
Loading the player ...