Territoires occupés : un expert de l'ONU exhorte Israël à suspendre la construction d'une autoroute pour les colons

Écouter /

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, Richard Falk, a appelé lundi le gouvernement israélien à suspendre immédiatement la construction d’une autoroute pour les colons israéliens à Beit Safafa dans la partie orientale de la ville de Jérusalem.

« Le projet d’autoroute à six voies s’étendant sur 1,5 km infligerait des dégâts irréparables aux Palestiniens, coupant les routes locales, bloquant l’accès aux écoles, aux cliniques et aux lieux de travail et de culte », a prévenu Richard Falk estimant à 9.300 le nombre de résidents palestiniens qui seraient privés de moyens de subsistance.

« Les résidents de Beit Safafa, qui n’ont d’ailleurs jamais été consultés dans le processus de planification, se retrouveraient dans une situation absurde où les endroits accessibles à pied jusqu’à présent nécessiterait des déplacements en voiture par des routes et des ponts de contournement », a-t-il affirmé dans un communiqué de presse.

Le Rapporteur spécial a indiqué que l’objectif annoncé de l’autoroute était d’annexer la colonie de Gush Etzion et d’ouvrir la voie aux expansions des autres colonies construites illégalement autour de Jérusalem-Est. «Un tel projet consoliderait le réseau d’autoroutes reliant Gush Etzion dans le sud de la Cisjordanie aux parties ouest et est de Jérusalem, jusqu’à la zone E-1 et la colonie de Maale Adumim », a-t-il expliqué.

Richard Falk a en outre rappelé la récente recommandation de la Mission internationale indépendante d’établissement des faits chargée d’étudier les effets des colonies de peuplement israéliennes afin que les entreprises privées ne puissent plus retirer de profits de leur participation aux activités illégales de colonisation.

« Les entreprises œuvrant, sous les auspices de la Compagnie de développement Moriah Jérusalem et de son partenaire de mise en œuvre, D.Y. Barazani Ltd, à la construction de l’autoroute illégale à Beit Safafa doivent rendre compte de leurs actes », a souligné l’expert, ajoutant que des machines produites par Volvo, CAT, Hyundai et JCB avaient été vues sur le chantier.

Le Rapporteur spécial a indiqué que le projet, qui a débuté en septembre 2012, avait été contesté en décembre devant la Cour israélienne du district du Jérusalem, laquelle avait rejeté la pétition des résidents. Cette décision fut à son tour attaquée en mars devant la Haute cour israélienne, qui avait également rejeté la requête. Une audience en appel est programmée pour le 26 juin.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
18/04/2014
Loading the player ...