Syrie : le Conseil des droits de l'homme demande une enquête sur Qousseir et condamne l’intervention de combattants étrangers

Écouter /

Le Conseil a tenu, au cours d'une séance extraordinaire à la mi-journée, un débat urgent sur la détérioration de la situation des droits de l’homme en Syrie et les récents massacres à Qousseir. Dans ce cadre, il a adopté, par 36 voix pour, une contre (Venezuela) et 08 abstentions, une résolution qui condamne fermement toutes les violations flagrantes commises par les autorités syriennes et les milices progouvernementales.

De même, par cette résolution, le Conseil condamne toute forme de violence en Syrie, et appelle toutes les parties à mettre immédiatement un terme à la violence, y compris les actes de terrorisme et les actes de violence ou d’intimidation qui peuvent susciter des tensions sectaires. Le Conseil réclame en outre une enquête internationale sur les violences commises envers des civils dans cette ville syrienne.

Dénonçant les « récentes tueries à Qousseir, le projet de résolution, déposé par les Etats-Unis, la Turquie et le Qatar, se dit « profondément préoccupé par le fait que leur implication représente une grave menace pour la stabilité régionale ».

Y sont aussi condamnées toutes les violences commises en Syrie par l’ensemble des parties au conflit, les autorités syriennes se voyant quant à elles demander de permettre un « accès libre et sans entraves » aux travailleurs humanitaires chargés de secourir les civils, en particulier à Qousseir.

La France, membre observateur, n'a pas participé au vote, mais souligne que les crimes de guerre et contre l'humanité ont été commis à grande échelle par les forces gouvernementales et les milices affiliées. Des violations qui pourraient constituer des crimes de guerre ont été aussi commises par certains groupes armés d'opposition.

« Dans la ville de Qousseir, en ce moment même et sous nos yeux, se déroule un drame épouvantable. Les autorités syriennes y massacrent le peuple qu'elles se doivent de protéger. Elles sont aidées en cela par l'intervention de combattants de la branche militaire du Hezbollah, au risque de gravement menacer la stabilité régionale. Les cris et les appels au secours des familles de Qousseir doivent être entendus, ici, à Genève, dans ce Conseil qui est la conscience morale de l'humanité. Exigeons ensemble, que les autorités de Damas cessent les attaques contre les populations civiles. »

(Extrait sonore : Nicolas Niemtchinow, Représentant permanent de la France auprès de l'ONU à Genève)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...