Santé : la couverture sanitaire universelle au centre des débats de l'Assemblée mondiale de l'OMS

Écouter /

Depuis ce lundi et jusqu'au 28 mai, la soixante-sixième Assemblée mondiale de la Santé se tient à Genève. Comme chaque année, elle réunit les 194 États Membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour examiner un large éventail de questions allant de la réforme au budget, en passant par les maladies transmissibles comme le paludisme ou le sida et les maladies non transmissibles, notamment les maladies mentales et le handicap. Il y aussi la gestion des urgences sanitaires et des catastrophes.

Pourtant, parmi les nombreux sujets inscrits à l'ordre jour figure en priorité la question de la couverture sanitaire universelle. De l'aveu même de la Directrice générale de l'OMS, la couverture sanitaire universelle est le concept le plus efficace que la santé publique ait à proposer. Le Docteur Margaret Chan avance trois raisons : elle concerne tous les individus, elle unifie les services et les fournit de façon intégrée et globale, sur la base des soins de santé primaire.

Or, force est de constater que la couverture sanitaire universelle se heurte à trois obstacles. D'abord, la disponibilité des ressources, aucun pays, quelle que soit sa richesse ne pouvant la garantir à l'ensemble de sa population. Ensuite, la dépendance excessive aux paiements directs au moment où les patients ont besoin de soins. Enfin, l'utilisation inefficiente et inéquitable de ressources qui fait que selon certaines estimations, de 20 à 40% des ressources de santé sont gaspillées.

(Mise en perspective par Jérôme Longué, avec des extraits sonores d'interviews du Professeur El Hassaine Louardi, Ministre de la santé du Maroc; d'Awa Marie Coll Seck, Ministre de la santé et de l’action sociale du Sénégal; et du Docteur Moufalilou Aboubakar, Directeur adjoint de cabinet au ministère de la santé du Bénin)

 

Le dernier journal
Le dernier journal
19/12/2014
Loading the player ...