RDC : des affrontements entre FARDC et Maï-Maï à Beni ont fait 28 morts

Écouter /

Un militaire des FARDC (Photo ONU/Marie Frechon)

Des affrontements survenus ce 15 mai à l'aube à Beni, dans la province du Nord-Kivu, entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les miliciens Maï-Maï ont fait vingt-huit morts dont quatre du côté de l'armée régulière, selon un bilan revu par le commandant intérimaire du premier secteur des FARDC à Beni. Selon la même source, six assaillants ont été capturés. En revanche, des sources indépendantes font état de dix-sept soldats tués. Un calme apparent règne à Beni après ces affrontements mais les habitants restent tout de même terrer chez eux.

Le commandant intérimaire du premier secteur des FARDC à Beni, le colonel Richard Bisamaza, parle d'une tentative des Maï-Maï de libérer dix des leurs compagnons détenus par les militaires et d'accéder au magasin d'armement de l'armée.

L'armée régulière a résisté à l'assaut des miliciens. Des combats à l'arme lourde et légère ont commencé vers 5 heures locales dans la matinée. Selon des sources sécuritaires, des Maï-Maï qui s'étaient infiltrés dans la ville ont attaqué simultanément plusieurs positions des FARDC avant d'être mis en déroute. Un autre groupe de ces miliciens avaient pris d'assaut le camp militaire de l'Ozacaf situé en plein centre-ville de Beni où est basé l'état major du premier secteur des FARDC.

Les combats ont duré près d'une heure. Les Maï Maï mis en déroute se dirigeraient vers Paida et Kalau, deux quartiers périphériques situés au Sud-est de Beni. Vers 10 heures locales, quelques tirs sporadiques ont été entendus dans la ville. Les autorités militaires assurent toutefois maîtriser le contrôle de la ville de Beni.

La situation sécuritaire s'est dégradée dans la ville de Beni où plusieurs événements se sont déroulés en l'espace d'une semaine. Jeudi dernier, le maire de Beni avait annoncé l'arrestation de dix miliciens Maï-Maï qui avaient effectué une brève incursion à Tuham un quartier de Beni (Nord-Kivu). Ces assaillants étaient arrêtés après une fusillade de dix minutes avec les militaires, selon des sources locales.

Trois jours avant, le maire de Beni, Nyonyi Bwanakawa, avait échappé à une tentative de meurtre. Une dizaine d'hommes armés s'étaient introduits dans sa résidence privée dans la soirée. Le maire de la ville avait eu la vie sauve en prenant la fuite.

(Reportage : Martial Papy Mukeba, pour Radio Okapi)

Le dernier journal
Le dernier journal
18/04/2014
Loading the player ...