Peuples autochtones : d'importants contributeurs à l'humanité, selon l'ONU

Écouter /

C'est avec la cérémonie de bienvenue traditionnelle du Chef de la Nation Onondaga, Todadaho Sid Hill, que la douzième session de l'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones a ouvert ses portes lundi au Siège de l'ONU, à New York.

Cette session, qui durera jusqu'au 31 mai, sera consacrée principalement à l'examen des recommandations formulées précédemment en ce qui concerne l'Afrique, la jeunesse, la santé, l'éducation, la culture et le financement international.

En ouvrant le débat, le Président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) Nestor Osorio a souligné que le manque de reconnaissance des contributions des peuples autochtones persistait ainsi que le rôle important de l'Instance pour y remédier.

« Les peuples autochtones partagent depuis des siècles leurs savoirs avec les autres en tant que biens collectifs au profit de l'humanité, et non en tant que propriété privée à protéger pour ensuite être vendue. Il y a un nombre croissant de produits de consommation, tels que les produits pharmaceutiques, cosmétiques ou artisanaux, dérivés de la tradition et du savoir autochtones, qui sont commercialisés, alors que les détenteurs originaux de ces connaissances n'en tirent aucun ou très peu de bénéfices », a déclaré l'Ambassadeur colombien devant la tribune, soulignant que les « actions nécessaires concernant de telles questions sont pleinement débattues par l'Instance permanente ».

Au cours de la session, les participants prendront également part à un dialogue approfondi avec diverses institutions financières internationales, à savoir la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, la Banque interaméricaine de développement, la Banque asiatique de développement et la Société financière internationale afin d'examiner l'élaboration et l'adoption des politiques et mécanismes visant à assurer la participation effective des peuples autochtones.

A noter que lors de la séance d'ouverture, le kenyan Paul Kanyinke Sena a été élu Président de la douzième session de l'Instance permanente.

D'après Paul Kanyinke Sena, « les peuples autochtones de l'Afrique font face à de nombreux défis, dont le principal est la reconnaissance de leur identité autochtone ». La spoliation des terres autochtones, les déplacements et les rivalités que suscitent les ressources naturelles constituent d'autres problèmes. « L'heure est venue de faire des droits consacrés dans la Déclaration des Nations Unies une réalité pour les peuples autochtones du monde entier et notamment de l'Afrique », a déclaré Paul Kanyinke Sena.

(Extrait sonore : Nestor Osorio, Président du Conseil économique et social des Nations Unies, Représentant permanent de la Colombie auprès des Nations Unies ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
16/09/2014
Loading the player ...