Niger : le HCR s'attelle à contenir l’épidémie de choléra dans les camps de réfugiés

Écouter /

Des réfugiés maliens à leur arrivée au Niger (© HCR).

Le Niger est touché depuis le début du mois de mai par une nouvelle épidémie de cholera qui a déjà fait sept morts dans l'Ouest du pays dont deux réfugiés maliens. Ces victimes maliennes sont un adulte de 45 ans décédé le 13 mai dernier avant sa prise en charge. Le petit garçon de trois ans a été transporté tardivement au centre de santé pour être secouru. Toutes les deux victimes sont des réfugiés du camp Mangaize qui accueille près de 15.000 réfugiés vivant dans la région de Tillabéry.

À ce jour, le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés a recensé 248 cas dans la région de Tillabéry, dont 31 cas parmi les réfugiés des camps Mangaize et Tabareybarey.

« On n'a pas enregistré un mouvement de panique dans les camps de réfugiés.  Mais nous avons agi très rapidement pour sensibiliser les populations aux méthodes  d'hygiène qui pourraient prévenir la maladie », a souligné la porte-parole du HCR, Fatoumata Lejeune-Kaba.

Pour faire face à cette épidémie, les Nations Unies ont offert des solutés de Ringer Lactate-, des sels de réhydratation orale, des tests de diagnostic rapide du choléra et des supports de collecte de données. L'Unicef a mis en place des kits choléra, 3 060 flacons de 1 litre de Ringer, une quantité importante de boites de doxycycline, et 96000 comprimés d'aquatab. Les organismes humanitaires assurent également la distribution de l’eau potable sur le camp des réfugiés de Tabery-barey, où des cas ont également été signalés, au centre de traitement du choléra CTC et au centre de santé intégré (CSI de Ayorou). Le HCR et l'Unicef ont fourni des bâches d’une capacité de 100 places pour l'extension des CTC.

Par ailleurs, les partenaires et autorités priorisent une meilleure couverture en eau potable et assainissement comme solution potentielle aux épidémies récurrentes.

« On aide à la fois les réfugiés et les populations locales dans les environs puisque c'est la meilleure manière de contenir l'épidémie », fait remarquer Fatoumata Lejeune-Kaba.

Le choléra est une menace récurrente dans tout le Sahel. L'an dernier, plus de  5287 personnes ont été touchées dont 110 morts au Niger. La région de Tillabéry fut la plus touchée avec 4.792 cas et 87 morts. Aucun réfugié malien n'était décédé des suites de choléra l'année dernière.

Le HCR protège et assiste quelque 50 000 réfugiés maliens au Niger. Ils font partie des plus de 175 000 réfugiés maliens dans les pays voisins, dont le Burkina Faso et la Mauritanie.

(Extrait sonore : Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
18/04/2014
Loading the player ...