Lutte contre la traite des personnes : s'attaquer à tous les aspects de ce fléau

Écouter /

Joy Ngozi Ezeilo

« L’exploitation sexuelle, le trafic d’organes, les adoptions illégales, les mariages forcés, la mendicité, l’exploitation de la main-d’œuvre, tous ces facteurs alimentent la traite des personnes», indique le Rapporteur spéciale sur la traite des êtres humains, Joy Ngozi Ezeilo, dans un rapport remis vendredi 31 mai au Conseil des droits de l’homme, à Genève.

« Cette demande doit être entendue au sens large, comme le moteur de toutes les exploitations, et ce faisant, de la traite des êtres humains » poursuit-elle.

Joy Ngozi Ezeilo estime que les mesures prises par les Etats pour décourager la traite sont souvent axées sur la demande aux fins d’exploitation sexuelle, en particulier des femmes et des jeunes filles, et négligent d’autres aspects, tels que la demande pour une main-d’œuvre exploitée et la vente d’organes.

Dans son rapport, elle exhorte en conséquence les gouvernements à élargir leur perception de la traite des êtres humains afin d’inclure tous les aspects de ce fléau, en particulier les facteurs social, économique, culturel et juridique de la demande.

En conclusion, le Rapporteur spécial souligne la nécessité que les mesures prises dans la lutte contre la traite des personnes ne le soient pas au détriment des droits humains et de la dignité des personnes exploitées.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...