Droits de l'homme : les albinos sont des êtres humains comme les autres

Écouter /

Des albinos en Afrique de l’Ouest. Mais en Tanzanie, ils sont victimes d’attaques odieuses et d’assassinats (Photo: Helen Blakesley/IRIN).

Un groupe d’experts indépendants des Nations Unies a attiré le 3 mai l’attention sur la discrimination dont souffrent les personnes atteintes d’albinisme en Tanzanie, où la Journée nationale de l’albinisme sera observée samedi 4 mai.

« Les albinos sont considérés comme des fantômes et non comme des êtres humains, et dès lors, peuvent être rayés de la carte », note le groupe dans un message adressé à cette occasion. « Les personnes atteintes d’albinisme cristallisent des mythes aussi nombreux que néfastes dans plusieurs pays, en particulier en Afrique. »

Bien que les chiffres varient, on estime qu’en Amérique du Nord et en Europe, une personne sur 20.000 souffre d’albinisme à des degrés divers. En Tanzanie, et dans toute l’Afrique orientale, l’albinisme est beaucoup plus répandu, avec environ une personne sur 2.000 touchée.

Dans plusieurs pays africains, on croit que les membres du corps des albinos possèdent des pouvoirs magiques capables d’apporter la richesse une fois utilisés dans des potions préparées par des sorciers. Certains croient même que la sorcellerie est plus puissante si les victimes hurlent pendant leur amputation.

Les organisations non gouvernementales qui travaillant sur l’albinisme ont documenté 186 attaques rituelles perpétrées contre des personnes atteintes d’albinisme depuis 2000, dans 15 États africains.

Les Journées nationales, comme celle du 4 mai en Tanzanie, peuvent fournir une excellente occasion d’attirer davantage l’attention et d’ouvrir le débat sur la situation et les besoins des albinos », affirment les experts. « Ce ne sont pas des fantômes, simplement des personnes comme chacun d’entre nous, mais qui vivent avec ce que l’on appelle l’albinisme. »

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
17/09/2014
Loading the player ...