Conseil de sécurité/Libye : la coopération entre la CPI et Tripoli jugée satisfaisante

Écouter /

Procureure de la Cour Pénale internationale (Photo : Eskinder Debebe)

Le Conseil de sécurité de l'ONU a tenu une « séance interactive » avec la Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, pour faire le point sur les procédures en cours concernant la Libye.

La Procureur a tout d'abord fait état des affaires en cours, déclarant que celles relatives à Saif Al-lslam Kadhafi et à Abdullah Al Senussi, sont suspendues suite à la contestation de recevabilité par la Libye. Un précédent dont se félicite Fatou Bensouda, car peu importe le résultat, il pourrait à terme permettre de faire jurisprudence en matière de relations entre les États et la CPI.

Le Bureau de la Procureur enquête par ailleurs sur les allégations de crimes commis par les anciens officiers du Colonel Kadhafi, ainsi que par des rebelles.

Fatou Bensouda a déclaré qu'elle cherche à renforcer la complémentarité et la coopération entre les efforts de justice de son Bureau et ceux de la Libye, comme l'illustre sa récente rencontre avec le nouveau procureur-général libyen Abdel Qawar Radyan et celle qu'elle prévoit avec les plus hautes autorités politique du pays.

Malgré les progrès enregistrés, notamment la tenue d'élections, la prise de fonctions du nouveau gouvernement, la nomination d'un Procureur-général, la Libye doit s'attaquer à des années d'impunité, selon la Procureur, et il importe d'aider le pays à relever ce défi.

Pour Fatou Bensouda, le sort et le jugement des criminels libyens constituera une page dans l'histoire de la justice internationale. Peu importe où ces procès sont menés, ils seront les procès de Nuremberg de la Libye et ils entérineront la primauté du droit dans le pays.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
20/08/2014
Loading the player ...