Assemblée générale : les défis du développement, du changement climatique de l'eau et de l'énergie

Écouter /

Un débat thématique de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le développement durable et le changement climatique: l'eau et l'énergie réunit ce jeudi autour représentants des États Membres de nombreuses personnalités notoires. Parmi les participants on notait la présence du Dr. Sultan Ahmed Al Jaber, ministre d’État et Envoyé spécial pour l’énergie et le changement climatique des Émirats arabes unis; du Professeur Jeffrey Sachs de l’Université de Columbia, également Conseiller spécial du Secrétaire général sur les OMD, et directeur du Réseau pour des solutions de développement durable des Nations Unies et de l’Ambassadeur Wu Hongbo, Secrétaire général Adjoint de l'ONU aux affaires économiques et sociales.

Dans son allocution Vuk Jeremic, Président de l'Assemblée générale de l'ONU a évoqué l'adoption en Juin dernier à Rio du document “l’avenir que nous voulons” document historique, qui a établi les principes d’encadrement de l’agenda post-2015. Pour la première fois, les États membres ont convenu de mesures pour intégrer complètement les trois dimensions du développement, à savoir économique, sociale et environnementale en un tout cohérent et indissociable.

Le document Rio +20 a également chargé l’Assemblée générale d'assurer le suivi et «d’intégrer davantage le développement durable comme un élément clé du cadre général des activités des Nations Unies.

Selon, Vuk Jeremic, le défi fondamental de notre époque est de mettre fin à l’extrême pauvreté dans cette génération et de réduire sensiblement l’écart global entre les riches et les pauvres, sans ruiner les fondements environnementaux nécessaires à notre survie.

Et de rappeler que la protection du monde des emballements du changement climatique est plus que jamais d'actualité; car les preuves sont accablantes: les températures mondiales sont en hausse et les phénomènes météorologiques extrêmes deviennent monnaie courante. Certaines parties du monde sont confrontées à des sécheresses, d’autres è des inondations. La quantité d’eau douce est en baisse, les rivières et les nappes phréatiques s’assèchent; notamment.

Vuk Jeremic souligne que les problèmes de l’eau sont étroitement liés aux problèmes énergétiques. L’approvisionnement en eau nécessite de grandes quantités d’énergie, que ce soit pour le pompage, le traitement ou le dessalement.

Le Président de l'Assemblée générale rappelle que le défi de garantir le droit de chaque État membre au développement durable comporte quatre dimensions interdépendantes: technologique, organisationnelle, économique et morale.

Le monde a besoin de plus d’énergie, pas moins, pour éradiquer la pauvreté et améliorer le niveau de vie dans le monde. Mais ce pouvoir doit être faible émission de carbone, si nous voulons rester dans les limites planétaires, a souligné Vuk Jeremic.

Mise en perspective de Maha Fayek

 

Le dernier journal
Le dernier journal
22/10/2014
Loading the player ...