Syrie : cinq agences humanitaires de l'ONU exhortent les responsables politiques à agir en faveur du peuple syrien

Écouter /

Des déplacés fuyant les violences en Syrie (photo : UNICEF).

Les cinq dirigeants des principales agences humanitaires des Nations Unies ont lancé en ce début de semaine un appel aux responsables politiques concernés à s'acquitter de leurs responsabilités à l'égard du peuple syrien et de l'avenir de la région. Ils estiment que les gouvernements et parties en mesure de mettre fin à la violence et au carnage en Syrie n'ont pas pleinement conscience de l'urgence de la situation.

Les dirigeants onusiens demandent donc à ces responsables d'user de leur influence politique pour exiger qu'une solution politique soit apportée à cette horrible crise qui dure maintenant depuis plus de deux ans et qui a tué plus de 70 000 personnes, sans compter les cinq millions de réfugiés et de déplacés en Syrie et dans les pays voisins. Les signataires de l'appel exigent une action rapide avant que des centaines de milliers de personnes supplémentaires ne perdent leur foyer, leur vie ou leur avenir, dans une région qui se trouve déjà au bord du gouffre.

Dans cette lettre ouverte, les cinq signataires chargés de remédier au coût humain de la tragédie, soulignent aussi, les innombrables familles brisées et les collectivités anéanties, les écoles et hôpitaux transformés en champs de ruines et la destruction des systèmes d'approvisionnement en eau.

L'appel est cosigné par la Coordinatrice des secours d'urgence du Bureau de la coordination des affaires humanitaires, Valerie Amos, la Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial, Ertharin Cousin, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake, et la Directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé, Margaret Chan

Les dirigeants onusiens font également remarquer que leurs organismes et que les partenaires de l'action humanitaire font tout ce qu'il est possible de faire. Avec l'appui de nombreux gouvernements et particuliers, l'ONU et ses agences a aidé à loger plus d'un million de réfugiés. De même, des millions de personnes déplacées par le conflit ont accès à une alimentation et des articles de première nécessité. L'assistance fournie contribue aussi à aider plus de 5,5 millions de personnes se trouvant en Syrie et dans les pays voisins à avoir accès à de l'eau et des installations sanitaires et des millions de Syriens à avoir accès à des services de santé de base, notamment en vaccinant plus d'un million et demi d'enfants contre la rougeole et la polio.

Or, préviennent les cinq responsables humanitaires, cela est loin de suffire. Tout en insistant sur le fait qu'ils ne demandent pas de fonds supplémentaires, ils font observer que les besoins vont en s'accroissant alors même que les moyens d'intervention des agences onusiennes s'affaiblissent, en raison de l'insécurité et d'autres restrictions en Syrie ainsi que de contraintes financières. Et si rien ne change, les agences risquent fort de devoir d'ici quelques semaines, suspendre une partie leur aide humanitaire.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...