Réfugiés rwandais: la RDC exige une tripartite avec le Rwanda et le HCR

Écouter /

Richard Muyej, ministre congolais de l’Intérieur à Goma (Photo Jonathan Lorrillard)

Des ressortissants rwandais qui sont entrés sur le sol congolais avant le 30 décembre 1998, vont perdre leur statut de refugié d'ici le 30 juin 2013. La RDC a refusé de signer la clause de cessation du statut des réfugiés rwandais vivant en RDC le 18 avril dernier à Pretoria. Avant de signer cette clause, la RDC réclame une tripartite avec le Rwanda et le HCR pour évaluer les précédents accords signer sur le rapatriement des réfugiés rwandais, a déclaré jeudi le ministre congolais de l'Intérieur, Richard Muyej.

Déjà les violons ne s'accordent pas entre le HCR et le gouvernement congolais sur le nombre de réfugiés rwandais en RDC.

« Je tiens à fixer l'opinion tant nationale qu'internationale sur ce qui suit : l'application de cette clause signifie qu'au 30 juin 2013, environ 49 181 ressortissants rwandais, selon le HCR et 127 537, selon notre gouvernement entrés en RDC avant le 30 décembre 1998 perdront leurs statuts de refugiés et ne pourront plus bénéficier de la protection internationale », a déclaré Richard Muyej au cours d'un point de presse organisé à Kinshasa.

La clause de cessation du statut des réfugiés permet de mettre fin à leur statut lorsque des changements à la fois fondamentaux et durables ont eu lieu dans le pays d'origine et que les circonstances qui ont entraîné la fuite des réfugiés n'existent plus.

Le ministre de l'Intérieur estime que la signature de cette clause n'apporterait pas de solutions durables à l'ensemble de la région, évoquant la présence des groupes armés et des réfugiés rwandais qui sont localisés dans des zones difficilement accessibles.

« Ces personnes continueront à résider alors illégalement dans notre pays », a souligné Richard Muyej.

Pour espérer une issue durable à la question des refugiés rwandais se trouvant sur le sol congolais, le gouvernement de la RDC propose l'organisation « en urgence d'une réunion tripartite RDC-Rwanda-HCR » en vue d'évaluer la mise en œuvre de l'accord tripartite signé à Goma le 17 février 2010 et les modalités pratiques de rapatriement conclues le 30 juillet 2010 à Goma.

« Toutes les activités préalables prévues n'ont jamais été organisées, notamment celles de procéder à l'identification, à la vérification, à l'enregistrement et à la collecte des intentions de retour des réfugiés rwandais dans leur pays », a indiqué le ministre de l'Intérieur.

Richard Muyej a aussi suggéré «la réalisation avec l'appui de la communauté internationale de l'enregistrement de tous les réfugiés rwandais vivant en RDC dans les zones accessibles et d'accès difficile».

Il a appelé la communauté internationale à accompagner la RDC pour trouver des solutions durables aux problèmes des réfugiés.

« Il est souhaitable que la communauté internationale qui, en 1994 avait demandé à notre pays d'ouvrir un couloir humanitaire pour faciliter l'entrée des réfugiés rwandais civils et combattants acceptent de nous accompagner dans cet élan d'effort pour trouver des solutions durables aux problèmes de ces réfugiés », a déclaré le ministre Muyej.

(Extrait sonore: Richard Muyej, ministre congolais de l’intérieur; propos recueillis par Radio Okapi)

Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
28/08/2014
Loading the player ...