ONU : la justice pénale internationale au service de la réconciliation

Écouter /

« La justice ne consiste pas uniquement à punir les coupables »,  a déclaré ce mercredi le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, en ouvrant le débat de Haut niveau de l'Assemblée générale  "Le rôle de la justice pénale internationale dans la réconciliation" à New York.

Vingt ans après la création des tribunaux pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda, et dix ans après l'entrée en vigueur du Statut de Rome sur la Cour pénale internationale (CPI), ce débat d'un jour est l'occasion pour les États Membres et entités non-étatiques de faire le point sur les avancées de la justice pénale internationale, et plus particulièrement sur son impact sur la réconciliation et le droit des victimes.

Pour le Secrétaire général, la justice pénale internationale permet non seulement la reconnaissance des torts du passé qui sont indispensables pour la paix et la stabilité des sociétés post-conflit, mais aussi de donner la parole aux victimes et témoins.

« Autrefois, ils  n'auraient pas été entendus et auraient souffert en silence ; aujourd’hui, ils ont une plateforme, qui s'étend au-delà des cours et tribunaux,  aux commissions de vérité et autres mécanismes similaires qui ont prouvé leur immense valeur », a expliqué Ban Ki-moon.

Pour le chef du Secrétariat de l'ONU les effets de cette justice, tant sur les individus que sur les sociétés sont “spectaculaires et cathartiques”.

« En Europe, en Afrique et en Asie, des leaders militaires et politiques, autrefois puissants, sont à présent mis en examen et doivent répondre de leurs actes. Autrefois la loi d’un seul homme aurait prévalu, aujourd’hui la primauté du droit progresse»,  a-t-il souligné.

Le Secrétaire général a exhorté l’auditoire à faire de la justice pénale internationale un système robuste, soulignant que « nous ne pouvons pas atteindre nos objectifs de paix, développement et respect de droits de l'homme sans promouvoir et soutenir la justice pénale internationale ».

(Extrait sonore : Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...