Non prolifération nucléaire: la Suisse partage les nombreuses inquiétudes face aux programmes iranien et nord-coréen

Écouter /

Le Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d'examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) en 2015 a entamé lundi à Genève sa deuxième session qui durera jusqu'au 3 mai.

A l'ouverture des travaux, plusieurs délégations ont exprimé leur préoccupation face aux programmes nucléaires de l’Iran et de la Corée du Nord. A l'instar de la Suisse et de son Secrétaire d'État adjoint des affaires étrangères, Georges Martin, qui, après avoir rappelé que le TNP est essentiel pour le renforcement de la paix et de la stabilité dans le monde, a souligné les quatre défis majeurs à relever.

Selon, Georges Martin, le premier défi concerne la lenteur ou la faiblesse des progrès réalisés en matière de désarmement nucléaire. Le deuxième défi a trait aux tensions extrêmes que suscitent et occasionnent les dossiers relatifs à la non prolifération. Le troisième défi touche à la tenue d'une Conférence en vue d'établir une zone exempte d'armes de destruction massive dans la région du Moyen-Orient. Enfin, le quatrième défi est relatif aux conséquences de la catastrophe de Fukushima et à l'obligation d'instaurer une exigence absolue en matière de sûreté nucléaire.

(Extrait sonore : Georges Martin, Secrétaire d'État adjoint des affaires étrangères de la Suisse)

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
Le dernier journal
Le dernier journal
25/12/2014
Loading the player ...