L'impact des armes à sous-munitions au Liban sous le crayon de Patrick Chappatte

Écouter /

Dessinateur de presse et auteur de reportages dessinés, Patrick Chappatte se décrit plus comme un chroniqueur qui dessine que comme un artiste. Grâce à ce reportage dessiné et son magnifique coup de crayon, il raconte la réalité avec des dessins: le printemps arabe, la Syrie, la Côte d’Ivoire, le Myanmar et bien sûr les Nations Unies.

Ses reportages dessinés lui ont permis de couvrir des sujets plus poignants comme le problème des bombes à sous-munitions au Liban. Il décrit comment la population de cette région vit sous la menace des armes à sous-munitions, dispersées par millions lors des affrontements entre le Liban et Israël en 2006.

Grâce à la collaboration du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), il a réalisé ce film d’animation “la mort dans le champs” qui évoque les bombes à sous-munitions comme des tueuses à retardement.

Reporter renommé, sa démarche est d’amener le lecteur là où il ne serait pas allé, de surprendre la personne qui s’intéresse au monde. Dessinateur attitré du quotidien le temps en Suisse, il collabore aussi à l’International Herald Tribune, la Neue Zurcher Zeitung et tant d’autres.

Il a fondé avec le dessinateur Plantu la Fondation Cartooning for Peace à Genève pour promouvoir la liberté d’expression.

La Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l'assistance à la lutte anti-mines célébrée chaque année le 4 avril, est l'occasion d'attirer l'attention sur les besoins des victimes des mines et des restes explosifs de guerre. La lutte anti-mines ne consiste pas uniquement à éliminer les mines terrestres sur le terrain. Elle comprend des mesures qui vont de la prévention contre le danger dans un environnement miné à la promotion d'un monde sans mines.

La lutte anti-mines concerne non seulement les mines terrestres mais aussi les munitions non explosées qui, dans de nombreux pays, constituent une menace plus grande encore.  Bombes, obus de mortier, grenades, missiles ou autres engins qui n'ont pas explosé lors de l'impact demeurent instables, et peuvent détonner à tout moment. Les bombes à sous-munitions comptent parmi les principales sources de munitions non explosées.

Aujourd'hui, les programmes de lutte anti-mines visent généralement les mines terrestres, et les « restes explosifs de guerre », qui comprennent les munitions non explosées et les « munitions abandonnées » ou les armes laissées sur le terrain par les forces armées lorsqu'elles quittent une zone.

Suivant sa politique inter-institutions, l'Équipe de lutte anti-mines de l'ONU réunit 14 départements, organismes, fonds et programmes, ainsi que des organismes d'observateurs tels que le Comité international de la Croix-Rouge, le Bureau des affaires juridiques et l'Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement. Elle assure pour l'ensemble du système, la cohésion entre tous les axes et activités de lutte anti-mines.

(Interview : Patrick Chappatte, Dessinateur de presse et auteur de reportages dessinés; propos recueillis par Florence Westergard)

 

Le dernier journal
Le dernier journal
21/11/2014
Loading the player ...