RDC: la misère favorise l'émergence des groupes Maï Maï au Nord, selon les députés provinciaux du Katanga

Écouter /

Des miliciens du groupe Bakata Katanga lors de leur reddition au bureau de la Monusco/Lubumbashi, samedi 23 mars 2013

Les habitants de plusieurs entités administratives du Nord du Katanga vivent dans la misère et dans l'absence de l'autorité de l'Etat. Selon des députés provinciaux élus dans les circonscriptions du Nord, Cette situation serait, selon eux, à la base de l'émergence des groupes Maï-Maï qu'ils ont qualifiés pour la plupart de groupes des bandits. Ces députés s'exprimaient au cours d'une plénière tenue, lundi 8 avril, à l'assemblée provinciale du Katanga.

Le député Janvier Mulaya craint que la chasse aux miliciens «Bakata Katanga » que mène un ancien chef Maï-Maï dans la chefferie de Nganye dans le territoire de Moba ne se transforme en conflit intercommunautaire entre les Baluba et les Tabwa. Selon ce député, cet ancien chef milicien, du nom de «Katenda», a été sollicité par les FARDC pour traquer les Maï Maï Bakata Katanga.

Les députés provinciaux dénoncent le fait que des militaires FARDC occupent des carrières de coltan et de cassitérite à Manono. Conséquence : certains jeunes s'érigent en groupe de résistance et se font passer pour des Maï-Maï pour défendre leurs terres.

Dans le Haut-Lomami, les députés affirment que les anciens seigneurs de guerre qui avaient déposé les armes ne sont plus actifs. Les Maï-Maï qui opèrent encore sur place «sont tout simplement des bandits, qui profitent de l'absence de l'autorité de l'Etat pour manipuler les jeunes désœuvrés».

A ce sujet, le grand chef Mulongo de la chefferie du même nom, qui est également député provincial, a expliqué la méthode utilisée par les miliciens:

«Quelques pêcheurs en eau trouble contactent ces jeunes et les attirent par des promesses fallacieuses en leur promettant monts et merveilles. C'est le cas des Bakata Katanga, qui croient qu'avec l'avènement d'un nouveau Katanga indépendant, ils vont peut-être trouver la paix et le bonheur. Ce pays doit être gouverné et administré.»

La plénière à l'assemblée provinciale s'est déroulée en présence des trois ministres provinciaux. Il s'agit du ministre près le gouverneur, de l'Intérieur ainsi que de la Santé et affaires sociales, qui ont été invités à la plénière. Celle-ci devrait reprendre, ce mercredi, avec l'analyse de la situation dans le reste de la province.

(Reportage:  Denise Mayo de Radio Okapi)

Le dernier journal
Le dernier journal
22/12/2014
Loading the player ...