Journée internationale du Jazz : l'UNESCO met la Turquie à l'honneur

Écouter /

Forte du succès de la première célébration l’an dernier, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), en partenariat avec le Thelonious Monk Institute of Jazz (TMIJ), parraine la deuxième Journée internationale du Jazz, célébrée mardi et qui met la Turquie à l’honneur.

Cette Journée est destinée à sensibiliser la communauté internationale aux vertus du jazz comme outil éducatif et vecteur de paix, d’unité, de dialogue et de coopération renforcée entre les peuples, indique un communiqué de presse de l’UNESCO.

L’année 2013 marque aussi le début de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine, sur le thème « reconnaissance, justice et développement pour les personnes d’ascendance africaine », autre temps fort que l’ONU soutiendra. L’Afrique, où le jazz puise ses origines, sera donc doublement à l’honneur cette année.

Istanbul sera la ville hôte officielle de l’édition 2013. La Turquie se caractérise en effet par une tradition séculaire du jazz. « Munir Ertegun, le premier ambassadeur de la République de Turquie à Washington dans les années 1930, a ouvert les salons de son ambassade à des musiciens de jazz africains-américains, qui s’y réunissaient afin de jouer de la musique en toute liberté dans un contexte socio-historique fortement marqué par la ségrégation raciale sévissant à l’époque », rappelle l’UNESCO.

Inspirés par cet héritage, les fils de l’ambassadeur, Ahmet et Nesuhi, ont créé en 1947 le premier label de jazz et de gospel aux États-Unis– Atlantic Records – qui a joué un rôle décisif dans la diffusion du jazz à travers le monde.

En avril 2012, l’Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO Herbie Hancock et le Thelonious Monk Institue of Jazz ont piloté et organisé les évènements partout dans le monde. Les légendes du jazz se sont réunies lors d’évènements phares organisés au siège de l’UNESCO à Paris, au siège des Nations Unies à New-York, ainsi qu’à Congo Square, jardin emblématique à la Nouvelle-Orléans. D’Alger à Buenos Aires, de Kuala Lumpur à Varsovie, de Lomé à Santo Domingo, plus d’une centaine de pays ont célébré cette Journée.

Dans un message spécial adressé à l’occasion de cette deuxième Journée, Herbie Hancock et Irina Bokova, la Directrice générale de l’UNESCO affirment que « le jazz est reconnu comme la plus grande contribution musicale de l’Amérique au monde ».

(Extrait sonore : Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO)

Le dernier journal
Le dernier journal
01/08/2014
Loading the player ...