Tourisme sexuel : la Rapporteuse spéciale sur la vente d'enfants dénonce un phénomène d'une ampleur mondiale

Écouter /

Najat Maalla M'jid, Rapporteuse spéciale sur la vente d'enfants (Photo: ONU / J. M. Ferré)

La Rapporteuse spéciale sur la vente d'enfants, la prostitution et la pornographie infantiles s'est insurgée, ce jeudi devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève, contre le tourisme sexuel. Un phénomène d'une ampleur mondiale dont les facteurs bien que complexes et pluriels sont la pauvreté, l'exclusion, les inégalités, ou la vulnérabilité des certaines catégories d'enfants. C'est pourquoi, Najat Maalla M'jid a plaidé pour l'harmonisation des législations, la traduction en actes des codes de conduite ou encore pour la mise en place de stratégies de sensibilisation, de prévention et de formation durables.

Selon Najat Maalla M'jid, ce tourisme est une forme d'exploitation des enfants, dont les auteurs peuvent être des acteurs nationaux ou internationaux. Ce phénomène ne se cantonne pas à quelques destinations exotiques, bien que les pays « émetteurs » soient des pays industrialisés, a dit la Rapporteur spéciale.

Le tourisme sexuel a de plus un caractère évolutif et mouvant : dès que les efforts de prévention et de protection s'intensifient dans un pays, les touristes sexuels tendent à se déplacer vers un autre pays. Les facteurs de ce phénomènes, bien que complexes et pluriels sont la pauvreté, l'exclusion, les inégalités, les normes sociales ou encore la vulnérabilité des certaines catégories d'enfants. Il faut également ajouter le développement croissant et bon marché de l'industrie touristique et la demande croissante de relations sexuelles avec des enfants ou encore le développement de réseaux sociaux criminels.

Pour autant des progrès ont été constatés a-t-elle poursuivi, citant notamment l'adoption de législation sanctionnant lourdement ce crime et intégrant des compétences extraterritoriales, le Code mondial d'éthique du tourisme élaboré par l'organisation mondiale du tourisme ou encore le Code de conduite pour la protection des enfants contre l'exploitation sexuelle. En dépit de cela des défis persistent, notamment en raison du manque d'harmonisation des législations nationales ou de mécanisme de contrôle du secteur touristique. Dans ce contexte, la Rapporteur spécial a plaidé pour l'harmonisation des législations, la traduction en actes des codes de conduite ou encore pour la mise en place de stratégies de sensibilisation, de prévention et de formation durables.

(Extrait sonore : Najat Maalla M'jid, Rapporteuse spéciale sur la vente d'enfants, la prostitution et la pornographie)

Le dernier journal
Le dernier journal
25/12/2014
Loading the player ...