Tanzanie : Navi Pillay condamne les attaques « odieuses » contre les albinos

Écouter /

Des albinos en Afrique de l’Ouest. Mais en Tanzanie, ils sont victimes d’attaques odieuses et d’assassinats (Photo: Helen Blakesley/IRIN).

La Haut Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU se dit consternée par des informations faisant état d’une recrudescence d'attaques contre des personnes atteintes d’albinisme en Tanzanie. Navi Pillay a appelé les autorités de Dodoma à prendre des mesures plus énergiques pour faire cesser ces crimes et lutter contre la discrimination des albinos.

Selon des croyances en Tanzanie, les organes des albinos possèdent des pouvoirs magiques et surnaturels qui, mélangés à d’autres produits par des sorciers, rendent plus riches ou chanceux.

« Je condamne fermement ces assassinats et ces attaques brutales qui ont été commis dans des circonstances particulièrement horribles, avec parfois des amputations d'enfants alors qu’ils sont encore en vie », a déclaré Navi Pillay.

Au cours des 16 derniers jours, quatre attaques dont trois contre des enfants ont été commises dans des circonstances particulièrement préoccupantes et horribles.

Le 31 janvier dernier janvier, un enfant albinos de sept ans originaire  d’Ulyankulu dans la province de Tabora, dans le nord-ouest, avait été découpé à la machette par des assaillants qui avaient amputé et emporté son bras gauche, selon la police. L’enfant est décédé.

Le 5 février, un bébé de 7 mois, Makunga Baraka, a échappé de peu à la mort après l'attaque de leur domicile par des hommes armés dans la région Simiyu. Parmi les cinq assaillants, il y aurait son mari.  Ils lui ont coupé le bras gauche et se sont enfuis avec. Les villageois ont dû chasser les assaillants avant de protéger la maison des victimes. Le bébé et sa mère ont été conduits le lendemain au poste de police où ils ont temporairement trouvé refuge. Ces cinq personnes ont été arrêtées et le processus judiciaire suit son cours.

Le 11 février, une mère de quatre enfants a été attaquée dans son sommeil dans le village de Mkowe, dans la région de Rukwa.  Cinq hommes armés ont ainsi attaqué Maria Chambanenge, 39 ans, à qui on a coupé le bras à son domicile.

Le 15 février dernier dans le village de Msia (région de Rukwa), Mwigulu Magessa, un enfant de 10 ans a été attaqué par deux hommes sur le chemin du retour de l’école, alors qu’il revenait chez lui avec quatre camarades.

Sur les 72 meurtres d'albinos depuis l'an 2000, seuls cinq cas ont fini devant les tribunaux. Dans ces conditions, les services de Navi Pillay appellent Dodoma à renforcer leurs mesures pour identifier les coupables et mettre un terme à ces crimes. Le Haut Commissariat demande la Tanzanie à lutter contre la discrimination générale dont souffrent les personnes atteintes d'albinisme.

Selon les organisations non gouvernementales, de semblables meurtres rituels sont également observés au Burundi voisin et certains responsables de ces exactions viendraient de Tanzanie, où des membres d’albinos peuvent être vendus.

Les albinos souffrent d’une maladie génétique caractérisée par une absence de pigmentation de la peau, des poils, des cheveux et des yeux.

(Interview : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Pour accéder à la version intégrale de l'interview, Écouter /
Le dernier journal
Le dernier journal
26/12/2014
Loading the player ...