Syrie : poursuite des opérations humanitaires malgré le départ d'une partie du personnel

Écouter /

Une femme à Damas, en Syrie, reçoit des rations alimentaires de la part du PAM. (Photo: PAM/Abeer Etefa)

A la suite de la décision des Nations Unies d’évacuer une partie de son personnel de Syrie, le Programme alimentaire mondial (PAM) et les organismes humanitaires continueront de fournir une assistance humanitaire aux millions de nécessiteux dans le pays. Même si la moitié de son personnel international sera évacué en Jordanie, le PAM maintiendra sa présence en Syrie afin poursuivre ses opérations humanitaires et prêter assistance aux civils.

Le PAM dispose en moyenne de 19 personnels internationaux et plus de plus de 80 employés nationaux qui travaillent à l'intérieur de la Syrie. A la suite de la décision de l'ONU, le PAM va temporairement déplacer 8 personnes de son personnel international vers Amman en Jordanie.  Selon le porte-parole du PAM, Elisabeth Byrs, ce n'est pas la première fois que l'agence doit temporairement reloger une partie de son personnel sur le terrain pour des questions de sécurité. « Et dès que la situation s'améliore, le personnel retournera à sa base.  Ainsi le personnel redéployé en Jordanie peut revenir en Syrie dès que la situation sécuritaire le permette », souligne-t-elle.

Il y a actuellement à Damas une centaine de personnels internationaux de l’ONU et 800 personnels nationaux. Ils travaillent au sein du Bureau du Représentant spécial conjoint, du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) ou encore pour le compte d’agences du système onusien.

Sur le terrain, les humanitaires poursuivront leurs opérations. Le PAM entend venir en aide à 2 millions de personnes à l'intérieur de la Syrie. Pour y arriver, l'agence onusienne travaillera désormais avec quatorze organisations non gouvernementales locales, en plus de son partenaire historique, le Croissant rouge syrien.

Toutefois, le PAM rappelle que les mesures d'évacuation du personnel ont été prises uniquement pour des motifs de sécurité. L'agence basée à Rome rappelle à cet égard que les humanitaires font face à une augmentation de la violence. « C'est une situation catastrophique avec une insécurité qui se détériore de jour en jour », fait remarquer Elisabeth Byrs. Tout ces problèmes sécuritaires ont forcément un impact sur les opérations des humanitaires. Le PAM note que l'insécurité et les combats ralentissent les opérations avec parfois « des routes fermées, certains des convois du PAM retardés ou tout simplement détournés ».

Le PAM a lancé son opération d'urgence en Syrie en août 2011 et a déjà distribué jusqu'à présent, plus de 83 000 tonnes de vivres à des millions de Syriens dans 400 endroits à travers le pays en utilisant 5 000 camions et 55 bateaux.

(Extrait sonore : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
17/09/2014
Loading the player ...