RD Congo : mobilisation des humanitaires suite aux récents combats dans les Kivus

Écouter /

Des déplacés fuyant les combats au Nord Kivu (Photo: UNHCR/S.Modola).

Le Programme alimentaire mondial (PAM) se déclare vivement préoccupé par la reprise des combats entre des groupes rivaux dans les territoires de Rutshuru et de Masisi, au Nord-Kivu, ainsi que des conséquences ultérieures sur la population civile. Plus de 80 personnes ont été tuées lors de ces combats et environ 100 blessés jusqu’à présent.

A Kitchanga, dans le territoire de Masisi, quelque 3.000 civils qui ont récemment trouvé refuge autour de la base de la MONUSCO suite aux combats entre l'Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) et les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) reçoivent une assistance de la part des organisations humanitaires. La MONUSCO assure également la protection de quelque 400 civils et personnel humanitaire à l'intérieur de la base de Kitchanga. « Maintenant nous sommes à 10.000 déplacés en raison des derniers combats », souligne Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève.

Face à ce nouvel impératif humanitaire, le PAM a acheminé par avion 3,7 tonnes de rations d’urgence pour 4.000 personnes déplacées. L’équipe d’urgence du PAM a quitté Goma pour se rendre à Kitchanga par hélicoptère pour superviser la distribution des vivres depuis samedi. Jusqu’à présent,  plus de 1.500 bénéficiaires ont reçu une aide de 1,7 tonne de rations d’urgence. Deux autres hélicoptères devraient acheminer ce mardi 2,3 tonnes de biscuits énergétiques à Kitchanga.

Le PAM a également transporté, il y a deux semaines à Punia, 20 tonnes de biscuits énergétiques, dont 16 tonnes distribuées à 1.600 ménages. Quatre tonnes (sur 20) ont été pillées par des groupes armés. Plus de la moitié des habitants de Punia sont apparemment des personnes déplacées. En raison des problèmes logistiques et de l'insécurité sur le terrain, le PAM n’a pas été en mesure d’apporter plus de nourriture aux déplacés. Pour le moment, l'acheminement des vivres n'est possible que par voie aérienne.

Par ailleurs, le PAM envisage une opération de distribution durant deux mois pour les déplacés du territoire de Pangi dans le Maniema. Le PAM espère venir en aide aux 30.000 personnes déplacées autour de la ville de Kalima, mais aussi distribuer des bons alimentaires à 10.000 déplacés dans la ville de Kampene.

(Extrait sonore : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève)

Le dernier journal
Le dernier journal
29/08/2014
Loading the player ...