Palestine : Navi Pillay dénonce la poursuite de graves violations commises à grande échelle

Écouter /

Navi Pillay, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme (Photo: ONU/ J. M. Ferré)

De graves violations des droits de l’homme continuent d'être commises à grande échelle dans les territoires palestiniens occupés. C'est la conviction de la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme qui présentait, ce lundi à Genève, son rapport sur la situation des droits humains dans les Territoires palestiniens occupés. Devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, Navi Pillay est ainsi revenue sur ces violences avec notamment des civils assassinés ou des résidences détruites.

 

Les violences commises par les colons israéliens se poursuivent dans l'impunité. Dans son rapport annuel, la Chef des droits de l'homme a ainsi relevé près de 383 agressions ayant provoqué 169 blessés et la destruction plus de 8 000 oliviers. Une violence qui touche également des milliers de propriétés et des biens palestiniens, notamment des attaques contre des mosquées et des églises.  La plupart du temps, aucune enquête n'a été ouverte sur les exactions commises par les colons. Seules neuf pour cent des enquêtes menées ont abouti à une condamnation. L'usage excessif de la force par l'armée israélienne est une source de préoccupation majeure. « Israël doit prendre des mesures pour prévenir ce genre d'incidents », fait remarquer la Chef des droits de l'homme.

Autre source de préoccupation pour Navi Pillay, le sort des milliers de Palestiniens détenus dans les prisons d'Israël, surtout ces enfants, qui selon l'UNICEF, sont victimes de mauvais traitement dans le système de détention militaire israélien.

Selon la Chef des droits de l'homme de l'ONU, de graves violations du droit international continuent d'être commises à grande échelle dans les territoires occupés. Et du côté palestinien, Navi Pillay dénonce ainsi les attaques des groupes armés qui ciblent de façon indiscriminée des civils mais aussi les tirs des roquettes sur des zones peuplées. Navi Pillay a en outre évoqué les restrictions à la liberté d'expression, les violations du droit à la vie et les mauvais traitements dans les centres de détention à Gaza et en Cisjordanie.  « Les autorités de facto de la bande de Gaza et l'autorité palestinienne doivent traiter ces problèmes en mettant en œuvre les recommandations du rapport », conclut Navi Pillay.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec un extrait sonore de Navi Pillay, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme)

Le dernier journal
Le dernier journal
20/10/2014
Loading the player ...