Moyen-Orient/ONU: opportunité renouvelée pour une solution négociée à deux États, selon Robert Serry

Écouter /

Robert Serry, Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, lors de la séance du Conseil de sécurité le 25 juillet 2012 (Photo ONU/JC McIlwaine)

Le Conseil de sécurité s'est réuni lundi matin, à New York, pour entendre le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, présenter le dernier rapport du Secrétaire général sur la situation dans cette région.

Le Coordonnateur a insisté sur la détérioration de la situation en Syrie, la fragilité de celle qui prévaut au Liban, mais aussi et surtout sur une opportunité de rapprochement entre Israéliens et Palestiniens.

« Il existe en ce moment une ouverture pour développer une initiative politique sérieuse et substantielle » afin d'arriver à la solution négociée de deux États, que nous souhaitons tous et qui servira le mieux les intérêts, les droits et les aspirations des Israéliens et des Palestiniens », a souligné Robert Serry devant les quinze.

 

Selon lui, il y a des signes très encourageants, tels que la visite du Président américain, Barack Obama, dans la région, la reprise des relations entre Israël et la Turquie qui en a découlé, le fait qu'aucune nouvelle construction de colonie n'ait été annoncée pendant la période du rapport, ainsi que l'engagement renouvelé tant par le Premier Ministre Benjamin Netanyahu que par le Président Mahmoud Abbas pour une telle solution.

 

Cependant, la situation sur le terrain, toujours violente et volatile, met en péril cette “fenêtre”, avertit le Coordonnateur. Aussi la situation économique fragile et instable dans laquelle se trouvent l'Autorité palestinienne et les Palestiniens, préoccupe Robert Serry, qui a exhorté Israël à transférer les revenus palestiniens de façon transparente et prévisible.

Les mois à venir ne seront pas faciles, a déclaré le Coordonnateur pour le processus de paix au Moyen-Orient avant d'ajouter qu'il faudra travailler d'arrache-pied. Pour lui les deux parties doivent maintenant faire preuve de volonté politique et de détermination ; la communauté internationale doit soutenir leurs efforts. Pour sa part, l’ONU est déterminée à jouer son rôle dans l’élaboration des conditions d’un retour à de véritables négociations.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
17/09/2014
Loading the player ...