Morsures animales : attention à la propagation de la rage

Écouter /

(Photo : ONU)

Cette semaine dans Fréquence santé, coup de projecteur sur les morsures animales qui constituent une préoccupation de santé publique dans la mesure où elles affectent des dizaines de milliers de personnes chaque année. Les principaux responsables des morsures animales sont les chiens, mais aussi les serpents, les singes et les chauves-souris. Pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'un des risques majeurs reste la propagation de la rage.

L'OMS indique que la rage est une zoonose, une maladie transmise de l'animal à l'homme, d'origine virale. Le virus de la rage infecte des animaux domestiques et des animaux sauvages et est transmis à l'homme par la salive des animaux infectés lors d'une morsure ou d'une égratignure.

Le virus de la rage, voyage à travers le système nerveux jusqu’à ce qu’il atteigne le cerveau. Cela peut prendre des semaines ou des années. Mais une fois que les symptômes apparaissent, la maladie est presque inévitablement mortelle à 100%.

On estime à 55000 le nombre annuel de décès dus à la rage – un décès toutes les 10 minutes. Dix millions de personnes reçoivent en outre des injections de vaccin antirabique en Asie et en Afrique après avoir été mordues par un chien susceptible d’être enragé.

En cas de morsure par un animal suspect, un vaccin doit être administré pour éviter la rage, recommande l'OMS. Il existe des vaccins sûrs et efficaces à administrer après une morsure, mais qui en raison de leur coût ne sont encore que peu utilisés dans les pays en développement.

(Extrait sonore: Docteur-vétérinaire François Meslin, coordinateur à l'OMS pour les maladies zoonoses ; propos recueillis par Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
21/11/2014
Loading the player ...