Lomé : évaluer les pertes post-capture de poisson pour des solutions durables en Afrique

Écouter /

Un atelier de formation en collecte et utilisation des données de pertes post-capture de poisson, en vue d'identifier des solutions durables de réduction en pêche artisanale, s'est tenu dernièrement à Lomé, au Togo.

Cette rencontre sous-régionale a été organisée par le ministère togolais de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), dans le cadre du programme Poisson NEPAD/FAO (NFFP).

Yvette Diei Ouadi, experte en industries de produits de la pêche auprès de la FAO y participait. Au micro de Radio Métropolis, basée à Lomé, elle a insisté sur la nécessité pour les pays qui recourent de façon importante à la pêche artisanale de réduire les pertes de poissons après les captures, car il en va à la fois de la sécurité alimentaire des populations, mais aussi des moyens d’existence des communautés.

Selon l’experte, la perte d’un poisson qui a été transformé est un véritable gaspillage, notamment quand on considère les intrants qui ont été utilisés. Enfin, il y a, à terme, un véritable problème de la durabilité des ressources halieutiques.

(Interview avec Yvette Diei Ouadi, experte en industries de produits de la pêche, FAO, Rome ; propos recueillis par Radio Métropolis, Lomé)

Classé sous Dossiers, Environnement.
Le dernier journal
Le dernier journal
25/12/2014
Loading the player ...