Libye : la Mission de l'ONU prorogée d'un an

Écouter /

Le Conseil de sécurité a décidé à l'unanimité ce jeudi de renouveler de 12 mois le mandat de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL).

Par la résolution 2095 (2013) adoptée ce matin, les quinze se félicitent de la tenue des élections nationales, de la création du Congrès général national, du transfert de pouvoir entre les autorités de transition et gouvernement d'union nationale démocratique, qui laissent « présager un avenir démocratique, pacifique et prospère pour les Libyens ».

Le texte demande aussi aux autorités libyennes de continuer à coopérer pleinement avec la Cour pénale internationale (CPI) et de veiller à la promotion et protection des doits de l'homme, ainsi qu'à la poursuite en justice de ceux aillant commis des violations graves du droit international humanitaire.

Aussi, le Conseil de sécurité, se dit profondément préoccupé par les informations qui font état de représailles, de détentions arbitraires, de tortures ou encore d'exécutions.

Selon la résolution, la MANUL continuera son appui au gouvernement libyens notamment à établir les priorités et besoins du pays, à gérer la transition démocratique et a promouvoir l'état de droit.

Les quinze ont entendu les rapports de Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Libye et patron de la MANUL, Tarek Mitri, ainsi que de l'Ambassadeur Eugène-Richard Gasana du Rwanda en sa capacité de Président du Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1970 (2011), imposant notamment des sanctions sur la fourniture d'armes en partance ou en provenance de la Libye.

Pour Tarek Mitri les récentes manifestations pacifiques à l'occasion du deuxième anniversaire témoignent bien de la bonne direction dans laquelle le pays avance, et de l'appui du gouvernement aux idéaux de la révolution. Le Représentant du Secrétaire général pour la Libye reste néanmoins préoccupé par la situation sécuritaire, notamment face aux nombreux attentats, enlèvements, et attaques contre les dirigeants, les médias et lieux de cultes, ou s'agissant de la rédaction de la nouvelle constitution.

Pour Eugène-Richard Gasana, a indiqué que la prolifération des armes en provenance de Libye se poursuit à une échelle préoccupante s'étendant même à de nouveaux territoires. Aussi, le Comité souhaite appuyer le gouvernement dans la mise en œuvre du régime de sanctions et dans la reforme du secteur de sécurité qui est toujours en cours.

Le Premier Ministre libyen, Ali Zeidan est lui aussi intervenu, rendant hommage l'appui continu de l'ONU, de même qu'à celui de tous les amis et partenaires de la libération de son pays, et passant en revue les efforts de son gouvernement pour faire avancer la réforme sécuritaire, la réconciliation nationale et les réformes démocratiques, dont la rédaction d'une nouvelle constitution.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
20/10/2014
Loading the player ...