Kenya : les téléphones portables révolutionnent la filière élevage, indique la FAO

Écouter /

La FAO a mis en œuvre un projet d’utilisation de téléphones portables pour lancer des alertes précoces sur d’éventuels foyers de maladies animales et suivre de près l’évolution des campagnes de vaccination à grande échelle pour informer les agriculteurs et les vétérinaires au Kenya.

Les applications de téléphonie mobile permettent de lancer des alertes précoces en l’espace de quelques secondes ce qui rend possible de déceler les foyers de maladies animales et d’administrer les soins vétérinaires essentiels avec rapidité et précision, grâce à la fonction GPS désormais intégrée dans la plupart des cellulaires.

« La FAO et ses partenaires s’appuient sur les utilisations offertes par l’avantage technologique considérable de la téléphonie mobile pour signaler les foyers de maladies animales, assurer le suivi des campagnes de vaccination et administrer les soins vétérinaires, notamment le déparasitage des animaux », a indiqué le Représentant adjoint de la FAO au Kenya, Robert Allport, qui est responsable de la mise en œuvre du projet.

Au Kenya, où trois personnes sur quatre possèdent un téléphone portable, la FAO a établi un partenariat avec le Royal Veterinary College et une ONG locale, pour tester une application de téléphonie mobile qui permet de suivre les campagnes de vaccination et les soins prodigués aux animaux.

Cette application et son espace de stockage sont fournis gratuitement sur un site internet qui assigne un emplacement unique à chaque projet. Cet emplacement n’est accessible qu’aux utilisateurs concernés par le projet. De cette façon, les personnes indélicates à la recherche d’informations potentiellement sensibles ne peuvent accéder à la base de données.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
19/12/2014
Loading the player ...