Iraq : Martin Kobler exhorte les communautés à restaurer la confiance

Écouter /

Martin Kobler, le Représentant spécial de Ban Ki-moon et chef de la Mission d’assistance des Nations Unies en Iraq (MANUI)

Le Conseil de sécurité a entendu jeudi matin, à New York, l’exposé de Martin Kobler, le Représentant spécial de Ban Ki-moon et chef de la Mission d’assistance des Nations Unies en Iraq (MANUI). Le patron de la MANUI a fait valoir que les derniers événements et incidents en Iraq démontrent à quel point les Iraquiens font face à un ensemble complexe de problèmes interdépendants, parmi lesquels le risque d’un débordement de la violence observée en Syrie. Une déstabilisation qui pourrait ajouter ou alimenter les défis actuels dans le domaine politiques et sécuritaire qui menacent les acquis obtenus ces dix dernières années.

Martin Kobler a passé en revue les nombreux obstacles à surmonter en Iraq. Il y a pêle-mêle la présence de 120 000 réfugiés syriens et le retour de 80 000 iraquiens qui ont fui la Syrie et qui s'ajoutent au quelque 1,2 million d'Iraquiens déplacés ; les revendications des milliers d'habitants des provinces de l’Ouest en matière de droits de l'homme et d'accès aux services de base; le boycott prolongé du Conseil des ministres par le bloc sunnite al-Iraqiya.

Le Représentant spécial a aussi mentionné la tenue des élections provinciales dans moins d'un mois, en soulignant la méfiance accrue entre Chiites, Sunnites, Kurdes et les autres communautés. Il importe aussi de citer les tempêtes de sable dévastatrices et le chômage endémique des jeunes.

Face à autant d'obstacles et de défis, la Mission de l'ONU, agit de façon impartiale, a fait valoir Martin Kobler. Mais, a-t-il poursuivi, elle n'entend pas rester neutre sur les droits de l’homme, surtout face à la torture, au sectarisme et à la violence. Car de novembre 2012 à la fin du mois de février dernier, le terrorisme a tué près de 1 300 civils et en a blessés plus de 3 000 autres. De plus, 591membres des forces de sécurité ont été tués et 1 002 blessés.

En conclusion, pour remédier à la crise et restaurer la confiance, le Représentant spécial des Nations Unies pour l'Iraq prône notamment le recours accru aux bons offices des Nations Unies, mais aussi et surtout un partage juste et équitable des immenses ressources naturelles du pays.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...