Tieman Huber Coulibaly : « Il faut rapidement transformer la MISMA en une Force de stabilisation de la paix au Mali»

Écouter /

Secrétaire général Ban Ki-moon et Tiéman Coulibaly, Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali (Photo : Eskinder Debebe)

Tieman Huber Coulibaly, Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali est actuellement en visite de travail à New York. Il a rencontré le Secrétaire général des Nations Unies vendredi.

L'Objectif de la visite du Ministre malien est de faire un point de la situation, du processus politique et des opérations militaires au nord su pays. Le Ministre des Affaires étrangères du Mali doit également tenir des consultations avec les membres du Conseil de sécurité sur la transformation de la Mission Internationale de soutien au Mali (MISMA), en une Force de stabilisation de la paix des Nations Unies.

Il entend donner « son appréciation de la situation et de la manière dont il faut procéder pour que la Force des Nations Unies soit déployée, le plus rapidement et efficacement possible ».

Dans une interview exclusive accordée à la Radio des Nations Unies, Tieman Huber Coulibaly revient en détails sur la situation dans son pays. « Au plan national, les opérations militaires sont en cours pour chasser les terroristes du nord et permettre aux Maliens de pouvoir vivre en paix », a-t-il déclaré. « Une commission de dialogue et réconciliation a été créée et sera opérationnelle prochainement.

Le Mali tente autant que faire se peut de tenir le délai du 31 juillet, date à laquelle des élections présidentielles et législatives sont prévues ».

Concernant la résolution 2085 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui a donné lieu à la création de la MISMA, Tieman Huber Coulibaly estime que  « la mission a besoin de ressources pour être opérationnelle et que les ressources sont à l'ONU ».

La création rapide d'une Force de stabilisation au Mali dont le premier mandat sera d'un an, devra donc permettre la reconstruction morale, matérielle et opérationnelle de l'armée malienne et aider -dans les 12 à 18 mois- le Mali à sortir de cette phase triste de son histoire.

Selon, le Ministre malien, la Force de stabilisation des Nations Unies ne sera ni une mission d'interposition, ni une mission traditionnelle du maintien de la paix. Il ne s'agit au Mali ni d'un conflit ethnique endémique, ni de tensions postélectorales, mais d'une guerre menée contre le terrorisme au nord du pays. « Lorsque ce dernier sera détruit, le mandat de la Force onusienne consistera à stabiliser la paix au nord », explique le Ministre.

Tieman Huber Coulibaly est confient que la paix sera conquise et consolidée, « parce les Maliens vont détruire les terroristes ».

Évoquant la réconciliation nationale, le Ministre a souligné qu'elle allait bon train. « Les Maliens peuvent certainement parfaire le système de décentralisation, mener davantage de projets de développement dans le nord, pour que le Mali tout entier puisse mieux vivre », consent le Ministre.

Réagissant enfin aux préoccupations des Nations Unies concernant les violations des droits de l'homme par des soldats maliens, Tieman Huber Coulibaly a réitéré que « chaque soldat coupable subira les rigueurs de la loi. Nous voulons construire une armée républicaine qui respecte les droits de l'homme et nous ne serons jamais complices d'exactions, mais parlons aussi des massacre d'Aguelhok. 130 soldats maliens ont été égorgés, éventrés leurs cadavres ont été jetés dans le désert. Ceci est inacceptable ».

(Interview : Tieman Huber Coulibaly, Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali ; propos recueillis par Maha Fayek)

Le dernier journal
Le dernier journal
17/12/2014
Loading the player ...