Francophonie : une langue commune pour un même langage d'entraide, de fraternité et de solidarité

Écouter /

Filippe Savadogo et le Secrétaire général Ban Ki-moon (Photo : ONU/Eskinder Debebe)

A l'occasion de la récente célébration de la Journée internationale de la Francophonie, le Secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) souligne que nombre des programmes et des actions de coopération de l'OIF n'auraient plus raison d'être, et ses États Membres perdraient, surtout, ce lien originel et cette connivence naturelle qui font que l'entraide et la solidarité, entre eux, ne s'apparentent pas à de la générosité, mais à de la fraternité.

Dans son message, Abdou Diouf rappelle que cette fraternité a trouvé à s'exprimer, en cette année 2013, de la manière la plus éclatante qui soit, à travers la décision courageuse de l'un des membres de l'OIF – la France – de répondre, avec l'appui de plusieurs États francophones de la région, à la demande d'aide d'un autre de nos membres – le Mali- dans sa lutte contre le terrorisme, afin que ce pays recouvre au plus vite son intégrité territoriale et que la population retrouve la paix et la sécurité.

Selon Abdou Diouf, c'est également ce lien originel et cette connivence naturelle qui font que les membres de l'OIF et les Francophones ne parlent pas seulement la même langue, mais qu'ils parlent aussi, par-delà leurs différences, le même langage : celui des principes et des valeurs, celui de la démocratie et des droits de l'homme, celui de la diversité culturelle et linguistique, celui de l'équité et de la justice sociale, celui de la régulation et de l'éthique en matière économique et financière.

Pour le Secrétaire général de l'OIF, c'est ce lien originel et cette connivence naturelle qui, en dernier ressort, permettent aux Francophones de s'entendre, dans un esprit d'écoute et de respect, sur une vision commune du monde et sur les voies qu'il reviendra, notamment aux jeunes générations, d'emprunter pour construire un « vivre-ensemble » qui réponde aux aspirations de tous. Avant de conclure en souhaitant que la Journée internationale de la Francophonie soit l'occasion de célébrer la langue française, de la chanter dans la convivialité, de la parler en toute complicité, de la déclamer à pleins mots.

Dans l'interview qu'il a accordée à la Radio des Nations Unies, à l'occasion de la Journée internationale, le Représentant permanent de l'Organisation internationale de la Francophonie auprès des Nations Unies à News York, a insisté sur la diversité de la Francophonie et le dialogue des cultures. Filippe Savadogo a aussi souligné les spécificités et initiatives prises par les pays qui ont en partage la langue française tout en mettant en garde contre la tentation pour les Francophones de privilégier la politique de l'autruche en refusant de lancer des passerelles avec les autres communautés linguistiques et organisations régionales.

(Interview : Filippe Savadogo, Représentant permanent de l'OIF auprès des Nations Unies; propos recueillis par Jérôme Longué)

Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
19/12/2014
Loading the player ...