Esclavage : “les peuples ne doivent jamais oublier ce crime mondial contre l'humanité, souligne Ban Ki-moon”

Écouter /

Menottes et chaines de cou utilisés pour la traite des esclaves. Photo : Luiz Rampelotto, Europa Newswire

À l'occasion, ce 25 mars, de la Journée internationale de commémoration des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, le Secrétaire général de l'ONU souligne dans un message, l'obligation pour les peuples du monde de ne jamais oublier ce crime mondial contre l'humanité. Ban Ki-moon engage tout un chacun à honorer les millions de victimes et à leur rendre leur dignité, et à redoubler d'efforts en vue d'éliminer les séquelles de l'esclavage qui persistent dans le monde.

Des propos que partage pleinement l'universitaire Françoise Vergès, qui a présidé jusqu'à une époque récente le Comité français pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage, Comité dont les activités sont actuellement en suspens.

Dans son message, Ban Ki-moon, fait valoir que la traite transatlantique a sévi pendant 400 ans et fait plus de 15 millions de victimes. Des Africains et leurs descendants ont été victimes de ces actes brutaux et continuent d'en subir les conséquences.

Pour le Secrétaire général, il ne faut jamais oublier la torture, les viols et le massacre d'hommes, de femmes et d'enfants innocents, les familles qui ont été séparées, les vies qui ont été ruinées, et les conditions atroces sur les négriers, dans les plantations et sur les marchés d'esclaves. Ces infamies ne sauraient être enterrées par le temps, il faut les examiner, les comprendre et y remédier, ajoute-t-il.

Le Secrétaire général souligne par ailleurs, qu'en 2013, la communauté internationale commémore les 150 ans qui se sont écoulés depuis qu'Abraham Lincoln a publié la Proclamation d'émancipation, affranchissant ainsi des millions d'Afro-Américains de l'esclavage.

De même cette année marque d'autres événements importants. En 1833, l'esclavage a pris fin au Canada, dans les Antilles britanniques et au cap de Bonne-Espérance. Il y a environ 170 ans, en 1843, la loi mettant un terme à l'esclavage en Inde était signée. L'esclavage a été aboli en France il y a 165 ans, en Argentine il y a 160 ans, dans les anciennes Antilles néerlandaises il y a 150 ans et au Brésil il y a 125 ans, rappelle également Ban Ki-Moon.

(Extrait sonore : Françoise Vergès, Universitaire, écrivain, politologue, Présidente du Comité français pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage – 2008-2012; propos recueillis par Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
30/07/2014
Loading the player ...